PARTAGER
3
sur 5

Pas la peine de crier au scandale : le catch n’a jamais réussi son implantation dans l’Hexagone. Exception faite de quelques puristes abonnés aux chaînes câblées, qui se souvient de l’époque faste de l’ange blanc où par des coups plus illégaux les uns que les autres, l’énergumène se taillait une ceinture à la hauteur de sa prétention ? Pour ce qui est de la baston vidéo-ludique, le constat est simple : la sauce nipponne a depuis bien longtemps envahi la place. THQ relève une fois de plus le défi et entend bien, avec WWF smackdown ! 2, vous faire chausser vos bottines pour entrer « yourself » sur le ring.

Pourtant, guère facile d’innover là où les jeux de catch se succèdent et se ressemblent tous. Ainsi, les modes de jeu restent identiques à la masse de softs déjà écoulés. La tradition est respectée avec le catch à quatre, le survival mode et autres amusements inscrits dans la bible du genre. Idem pour les graphismes : les personnages sont une fois de plus trop lisses, sans réels détails significatifs, et le réalisme s’en ressent cruellement. Mêmes remarques s’agissant de la bande-son qui n’a pas bougé d’un iota, toujours aussi dopée à une testostérone bon marché. Se pliant à la mode de Dead or alive 2, de nombreuses bimbos animées du Girl Power font une entrée remarquée et viennent se frotter virilement à leurs homologues masculins. Le gameplay n’a pas pris une ride : les sacro-saints enchaînements sont bien là et c’est donc à coups de « double nelson », de « corde à linge » ou même de « brise-reins argentin » que le joueur décroche la victoire. Pas besoin d’être Hulk Hogan donc pour se rendre compte que WWF Smackdown ! 2 ne fera pas date en matière de réalisation. Pourtant, l’apport est énorme en terme d’investissement du joueur dans une partie. Il vous est en effet possible de créer votre catcheur de A à Z. Si parmi la bonne vingtaine de personnages proposés, aucun ne vous satisfait, laissez libre cours à votre imagination : sexe, cheveux, doigts, yeux, jambes, accessoires, tatouages, etc. Tout est modifiable via une banque de données comprenant à chaque fois une bonne cinquantaine d’éléments. Une fois votre héros réalisé, il vous faut choisir ses attaques, son cri de guerre, voire son thème musical pour rythmer l’entrée sur le ring. La customisation ne s’arrête pas là : le soft vous autorise à recourir aux services d’un manager. A vous de bien négocier les créneaux horaires pour que vos matchs recueillent un maximum d’audience. La diversité, impressionnante dans WWF Smackdown ! 2, permet sans aucun doute des parties toujours renouvelées.
Cerise sur le gâteau, le mode championnat accentue l’immersion du joueur. Grâce à un calendrier officiel suivi méticuleusement d’une part, mais aussi grâce à des pseudo-cinématiques façon commentaires post match saisis à chaud dans les vestiaires. Ainsi, l’esprit de la WWF est retranscrit au détail près.

WWF Smackdown ! 2 apparaît alors comme la transition idéale entre shows télévisés et jeux de combat : commentaires passionnés, cris du public tous voués à votre guerrier fait maison. L’idée est originale. Belle ombre au tableau tout de même : l’état de vos paddles après une partie…