PARTAGER
2
sur 5

Après Elite force qui sauvait la série jusqu’alors prétexte à des productions plutôt désolantes, voici The Fallen. Après Voyager, retour à Deep space nine, sans aucun doute la meilleure série TV dérivée de l’œuvre originale de Gene Roddenberry. L’occasion d’incarner tour à tour les membres de la fine équipe vouée corps et âmes à la Fédération, tous reproduits ici plus ou moins fidèlement, voix v.f. de la série en prime (cela va de soi, on conseillera aux fans de se procurer sur le Net le jeu en v.o.). En fait, le Capitaine Sisko, Major Kira ou le Commandeur Worf ; Bashir, Dax, O’Brien, Odo et Quark sont bien évidemment dans le coup, mais ils participent à l’aventure en simple PNJ. Votre mission consiste à mettre la main sur les trois Orbes perdus des Pagh-Wraiths. Trois pièces magiques hautement convoitées par quasiment toutes les ethnies locales : les Cardassiens, le Dominion et les Bajorans. Plus une en bonus, les Grigaris, un peuple alien inconnu particulièrement agressif. Une légende prétend que, une fois rassemblés, les Orbes donnent à son propriétaire le pouvoir de détruire l’univers… Voilà pour les grandes lignes. Concrètement, le jeu se découpe en série de missions : sauvetage de survivants dans un vaisseau Bajoran, riposte à une attaque Grigari sur le Defiant (le vaisseau de guerre alloué à DS9 par la Fédération), recherche d’artefacts dans un vieux temple Cardassien, infiltration d’un camp d’internement Jem’Hadar, etc. Celles-ci varient en fonction du personnage que vous choisissez d’incarner, sachant que vous suivez en permanence l’évolution de vos comparses en communiquant régulièrement avec chacun d’eux, ainsi qu’avec les membres restés sur DS9, tous disposés à vous livrer des conseils (et des munitions par téléportation) lorsque la situation paraît désespérée.

Avec The Fallen, n’espérez pas avoir affaire à un concept révolutionnaire. Dans ce Quake-like à la troisième personne, on s’est une fois de plus contenté d’exploiter un moteur connu. En l’occurrence, celui d’ Unreal tournament, décidément bien utile aux concepteurs en mal d’imagination. On l’a vu récemment, certains en font des merveilles (cf. Clive Barker’s undying), quand d’autres, hélas, s’en servent comme des manches. Si The Fallen n’a rien à envier à ses prédécesseurs d’un point de vue du graphisme et des rendus, il pâtit en revanche d’une réalisation franchement douteuse. D’abord, le jeu est pourvu d’une maniabilité exécrable : impossible de se mouvoir dans des couloirs escarpés sans accrocher les angles des murs, les portes, les aspérités au sol : du coup, on se retrouve bloqué à maintes reprises, obligé de tenter les combinaisons de touches les plus scabreuses… Ensuite, plus que dans n’importe quel autre Quake-like, on a l’impression de rencontrer régulièrement des adversaires qu’on aurait posé là dans les niveaux sans qu’il y ait eu aucune réflexion scénaristique au préalable.

The Fallen, qui jusqu’au bout ne fait décidément pas montre d’originalité, propose la panoplie du warrior habituelle, adaptée bien entendu à l’univers startrekien (chaque arme dispose de deux options de tir à tester avec les boutons gauche et droit de la souris). Dans votre inventaire par exemple, le fameux tricodeur utilisé pour les balayages radar (certains éléments indispensables à la progression sont plutôt bien dissimulés dans le décor). C’est également avec cet appareil qu’on identifie la fréquence de bouclier énergétique de certains ennemis avant de régler comme il se doit son phaseur pour faire mouche. Autre étrangeté du soft qui se traduit plus par une perte de temps inutile plutôt qu’un élément de gameplay ingénieux supplémentaire.
Quant aux énigmes, elles se résument, en gros, à chercher l’objet manquant d’un mécanisme qui une fois activé ouvre une porte. Pratique on ne peut plus courante dans le genre, rien à objecter.

Sans doute pense-t-on que l’exploitation de la licence Star Trek, une fois de plus malmenée soyons clairs, suffit-elle à attirer le chaland, toujours prêt à enfiler le pyjama de la Fédération… Alors justement, puisqu’il y en aura d’autres, forcément quelques-unes plus recommandables, oublions The Fallen.