PARTAGER
5
sur 5

XTC revient après sept ans d’absence. Le groupe ayant frôlé l’implosion à la suite d’une longue série noire (épreuve de force avec Virgin, problèmes de couple et santé fragile). Andy Partridge et Colin Moulding sont désormais seuls maîtres à bord.
Tout commence avec le son délicat d’une goutte d’eau qui tombe, deux notes de basse, quelques cordes délicatement piquées, et l’arrivée d’une trompette têtue qui précède la voix familière. Les accords s’emballent et le morceau coule, éclatant, limpide comme une rivière au milieu d’un sous-bois. River of orchids donne le ton. C’est une évidence, la magie du groupe n’a pas été altérée. Partridge est un Artiste ; styliste inspiré et gourmand. S’il est exact que Newton découvrit les lois de le gravité grâce à une pomme, l’homme de Swindon nous prouve avec Apple Venus qu’il a un talent singulier pour la légèreté et les compositions délicates.
Mélodies éblouissantes et arrangements sophistiqués parcourent cet album étonnant et décalé. Merveille d’invention et d’équilibre. Easter theatre est une ode funambulesque accompagnée de choeurs célestes. Greenman une virée panoramique dans un pays de cocagne… Intelligence et humour pince-sans-rire sont au rendez-vous. La fête continue ! Au fil des chansons, nous croisons le spectre d’Hélène de Troie, l’étrange confrérie  » des chevaliers en plein karma » et une foule de personnages fantasques… Mais certains bleus à l’âme sont encore sensibles et le texte de Your dictionary est sans appel : « H-A-T-E is that how you spell LOVE in your dictionary ? / S-H-I-T is that how you spell ME in your dictionary ? ».

De son côté, Moulding nous offre deux friandises musicales délicieusement excentriques –Frivolous tonight et Fruit nut. Il faut également souligner la performance du batteur qui ne cloue jamais les morceaux au sol mais, au contraire, leur donne toute la souplesse nécessaire pour s’envoler. Comme pour The last balloon, le dernier titre ; une invitation au voyage à des hauteurs stratosphériques… Peut-être pour aller voir PLUS HAUT, si nous y sommes ?!…
Comme le disait Mr Proust (qui préférait les madeleines) : « La musique est l’exemple unique de ce qu’aurait pu être la communication des âmes ».