PARTAGER
3
sur 5

Le jeune homme qui se cache derrière Plush, Liam Hayes, n’est sans doute pas un parfait inconnu pour ceux d’entre vous qui se passionnent pour le son indie/lo-fi, puisqu’il offrit ses bons services en tant que claviériste chez Palace et Smog, notamment. Il avait quand même réussi, l’année dernière, à sortir deus singles sous le nom de Plush qui nous avaient bien mis la puce à l’oreille. Claviers bien en place, rythmique tour à tour foutraque ou paisible, arrangements nettement au dessus de la moyenne, voix romantique. Mais on n’était pas préparé à la surprise qui nous attendait sur More you becomes you : un homme seul à son piano, n’offrant d’autre alternative que des touches le plus souvent caressées et une voix susurrante.
Splendide au premier abord, notamment grâce à quelques réussites notoires –Virginia, Soaring and boring, The sailor-, More you becomes you donne cependant l’impression que Liam Hayes s’est peut-être lancé un peu trop vite dans une aventure assez périlleuse. En effet, les morceaux, tous courts pour la plupart, ont tendance à flotter, comme par manque de songwriting, comme si le jeune homme au piano s’était à chaque fois laissé porter par son inspiration, et que celle-ci lui ait parfois fait défaut. C’est réellement dommage, car Liam Hayes est tout plein bourré de talent, c’est clair. Il lui reste à contrôler son flux de notes, capturer l’essence de son art au lieu d’un peu se disperser…