PARTAGER
4
sur 5

L’émotion subtile ou comment saluer le dernier voyage des Bratsch à travers les musiques gitanes. Entre le respect du folklore et la liberté d’improvisation, on assiste comme d’habitude à une sorte de rêve qui nous cause de melting-pot et de rencontres. Humaines et chaleureuses. Entre un morceau de rebetico et une rythmique de danse roumaine, une mélodie juive et une reprise de Piaf… les cinq musiciens du groupe se font plaisir et distillent la joie de vivre sur leur passage de façon généreuse. Et avec beaucoup de virtuosité. L’album a été enregistré à l’occasion de leur vingtième anniversaire. Et pour donner encore un peu plus de piquant à cette belle ballade acoustique dans les sonorités d’Europe centrale, sont venus officier à leurs côtés de sacrés invités. Angelo Debarre, excellent guitariste, représentant le jazz manouche dans toutes ses splendeurs, l’ensemble Ando Drom de Budapest, le maître-tambour iranien Keyvan Chemirani entre autres… Il nous est arrivé de penser avoir tout dit de la musique gitane en cette fin des années 90. Mais on se trompait probablement. Sur toute la ligne. La preuve par quatorze titres…