On a oublié de vous en parler lors de sa sortie, juste avant les vacances, et on a eu tort : Best reason to buy the sun, premier album d’un duo d’amis de vingt ans qui ont fait quelques unes des plus belles soirées du Tap Bar à la Knitting Factory de New York, était la bande-son idéale de l’été. Petite séance de rattrapage express, donc, histoire de rendre les honneurs à ce couple orgue (Marco Benenvento) et batterie (Joe Russo) dont le son énorme, rugueux, électrique et généreux emporte tout sur son passage et mélange habilement la puissance du rock, la dynamique du funk et le plaisir jazzistique de l’improvisation. Jazz ? Rock ? Funk ? Le duo marche un peu sur toutes les routes, se distinguant d’abord et avant tout par des talents de songwriters qui transforment chacune des neuf pistes de l’album en une chanson sans paroles efficace et entêtante ; le producteur Joey Waroncker (vieux routier habitué aux poids lourds, REM, Beck et compagnie) en parle d’ailleurs comme de « chansons qui ne devraient presque pas être instrumentales », et la pochette annonce ouvertement la couleur en choisissant soigneusement son vocabulaire : « all songs written by… ». Enregistré à Los Angeles en août 2004, l’album s’enrichit ici ou là des collaborations du saxophoniste Skerik et du percussionniste et vibraphoniste Mike Dillon ; touches de couleur opportunes, dont l’album aurait cela dit très bien pu se passer : en fouinant du côté du rock aussi bien que du côté de l’electronica et des épices exotiques (quelques volutes orientales envoûtantes), Benenvento & Russo semblent avoir en main une palette de couleurs suffisante pour tenir trois ou quatre albums sans se répéter une seule fois. On songe tantôt aux expériences pop de Brad Meldhau (Largo), idole de l’organiste, tantôt aux récents exercices rock du batteur Jim Black (Haybor) ; quelque part entre le trio Medeski-Martin-Wood (en plus inspiré) et la musique organique et surpuissante du duo électronique Berg Sans Nipple, Best reason to buy the sun est une petite pépite hybride à se mettre aux oreilles à tout prix.

Article précédentRichard Youngs – The Naive shaman
Caribou – The Milk of human kindness
Prochain articleV.A. – The 2Pac collection
V.A. – The Beasties collection