PARTAGER
5
sur 5

Moins contemplatif que The Durutti Column, plus groove que Joy Division et moins électronique que Orchestral Manoeuvre In The Dark, A Certain Ratio (ACR) constitue l’une des pierres angulaires du son de Manchester, rebaptisé Madchester à la fin des années 80. C’est en 1978 que le quintette prend forme, tirant son nom d’une chanson de Brian Eno. ACR figure parmi les premiers artistes signés sur Factory et contribue grandement à la réputation légendaire de la ville, combinant esprit punk et musique dansante. Cabaret Voltaire, 23 Skidoo, King Tubby, Funkadelic sont alors les points d’ancrage du groupe.

Après la parution d’un album sous le seul format cassette, The Graveyard and the ballroom, ACR, sous l‘égide du dictatorial et génial Martin Hannett, part enregistrer To Each à New York, s’abreuvant au passage des influences de la scène new-yorkaise, funk, no wave ou free jazz. Madonna joue même en première partie du groupe qui fait également se connecter ESG et Factory. Managé par le boss du label Tony Wilson, d’où leur look post-colonial fait de vestes militaires et de shorts près du corps, ACR enregistre des pièces maîtresses de funk blanc aux percussions aussi sèches qu’inventives. Shack up, Flight et Do the Du restent à cet égard des chefs d’oeuvre proto-Madchester, qui influenceront durablement les Happy Mondays (Shaun Ryder ne manquera pas un concert mancunien du groupe) et New Order.

Ce sont toutes les plus belles pièces musicales de la première partie de carrière d’ACR (1979-1985) que l’ont retrouve ici : soit 13 titres fondateurs sur le premier CD, un deuxième disque regroupant 11 raretés, ainsi qu’un film très arty sur les débuts new-yorkais du groupe en 1980. Même Abracadubra, rarissime morceau dub paru sous l’acronyme Sir Horatio y figure ! Early constitue donc l’anthologie définitive d’un groupe séminal dont la musique est restée longtemps assez sibylline. Ce qui n’empêche pas de partir à la (re)découverte des albums originaux.