PARTAGER
4
sur 5

En 1967, Christiane Desroches Noblecourt monte l’exposition Toutankhamon et son temps à Paris. Ce sera l’unique événement en France consacré au pharaon dont la sépulture, inviolée depuis 3 300 ans, fut retrouvée en 1922 dans la Vallée des rois par Howard Carter et Lord Carnaveron.
Vous n’y étiez pas ? Peu importe puisqu’aujourd’hui, l’expo s’éternise sur ce CD-rom conçu par le réalisateur Michel François, sous la direction de l’organisatrice égyptologue. Deux ans de travail acharné pour un résultat assez exceptionnel. Car non seulement nous est présenté la vie de Toutankhamon (son enfance, son sacre, son règne et ses funérailles), l’étonnante réforme amarnienne (secrets de la nature et quête de l’origine du monde), mais l’utilisateur pourra également découvrir et admirer plus de 2000 objets retrouvés dans la tombe du pharaon. Lesquels sont pratiquement tous commentés, et nous renseignent sur les rites funéraires longtemps inexpliqués. Impressionnant !
Le voyage, puisque finalement il s’agit bien de ça, est agrémenté d’archives vidéo (De Gaulle au musée avec Christiane Desroches Noblecourt en 67, pour l’exemple), de présentations panoramiques et de cartes animées. Les concepteurs ne lésinent pas non plus sur les reconstitutions en images de synthèse : des temples, des salles, des scènes historiques. Certaines scènes sont un peu longuettes, mais rappelons que le CD-rom a ceci d’intéressant qu’il autorise l’utilisateur à passer directement à la suite.

Au final, Toutankhamon est une œuvre fouillée dont le sérieux enchantera les amateurs de l’Égypte ancienne. Manque peut-être au sommaire de cette production la partie mystérieuse de l’épopée pharaonique. Christiane Desroches Noblecourt ne niant d’ailleurs pas que « tous les sites sacrés d’Égypte inspirent une très grande spiritualité ». Mais non, rien de mystique ici, pas même sur la légendaire malédiction. « Il faut faire attention à ne pas aller trop loin et à ne pas tomber dans le piège de l’occultisme ». Dommage ?