PARTAGER
3
sur 5

Après des mois d’attente, Sony dévoile enfin la bête. Et pour accompagner sa sortie, rien de tel qu’une bonne fournée de softs dont la réputation n’est plus à faire. Ainsi, à côté de l’inamovible Ridge racer déjà présent lors de la sortie de PS1, ce n’est ni plus ni moins que le quatrième opus de la série des Tekken qui nous est proposé. Néanmoins, la tâche incombant à Namco n’était pas évidente puisqu’il s’agit quand même de succéder au légendaire Toshinden. A ce petit jeu-là, l’éditeur nippon n’a pas démérité, même si la qualité de son travail ne saute pas clairement aux yeux.

Déjà, le passage de la 2D à la 3D constituait une véritable révolution, bien plus importante que l’apport technique de la PS2. Tekken tag tournament se présente en effet comme un simple jeu de baston fidèle à la tradition. Mais c’est dans les détails que se trouve le bond en avant. Les décors ont fait l’objet d’un soin tout particulier : adieu la fausse 3D détachée de l’aire de combat, place à une animation complète de chaque élément du décor. Une simple feuille déposée au gré du vent va interagir avec les combattants, sorte d’effet papillon des plus jouissifs. Les autochtones environnants sont animés de mouvements complexes, contrairement à l’ancienne version parasitée par la répétition des mêmes frames. Le jeu des ombres est quant à lui magnifiquement rendu, épousant le relief du sol et évoluant en fonction de la position du soleil. Une merveille. Les personnages ne sont pas en reste : dopés à la « motion capture », ils semblent plus vrais que nature. On regrettera quand même que le sang soit toujours proscrit, ce qui minimise finalement le réalisme au jeu.

Esthétiquement, TTT est une réussite de programmation et trouve son apothéose dans ses cinématiques époustouflantes. Pourtant, une fois remis de la gifle infligée par la sublime introduction, le réveil est difficile. La gueule de bois commence dès la page d’accueil, étrangement proche de la glorieuse époque Tekken 3. Namco vit manifestement sur ses acquis et reprend ce qui a fait le succès de sa série : la diversité des modes et des protagonistes. Cette version offre une fois de plus la possibilité de choisir entre 32 personnages, en grande majorité issus des trois épisodes précédents. Comme au bon vieux temps, il faudra les débloquer via certains modes spécifiques, comme le Tekken bowl tournament, un jeu de bowling. Rien de bien nouveau du côté des enchaînements, exception faite de quelques nouveaux combos.<

Seule réelle innovation au programme, le mode Tag combine deux personnages au cours du même combat, permettant de faire des prises ou enchaînements de coups. Le Tag combo est la technique la plus dévastatrice, aussi est-il vivement conseillé de choisir des guerriers complémentaires pour une efficacité optimale.
Au final, l’impression de déjà-vu subsiste. Jeu de combat assez commun, TTT vaut surtout pour sa réalisation soignée puisqu’il ne profite pas de réelles innovations en termes de gameplay. Une raison supplémentaire d’attendre avant de se ruer vers les rayons quasi vides de la ludothèque PS2.