PARTAGER
3
sur 5

On connaissait le goût prononcé des développeurs d’Accolade pour les simulations de course. Et non pas pour le quake-like. Pour autant, qualifier Redline de simple clone de Quake II serait pour le moins désobligeant. Certes, l’aspect action 3D semble décidément ressembler à une boucherie gratuite : des corps qui explosent, des cervelles qui jalonnent le parcours du combattant sanguinaire, des épanchements globuleux qui attaquent le cuir de vos rangers… Bref, un vrai conte de fées façon Wes Craven. A ceci près que les scénaristes du jeu semblent avoir été mis au chômage technique anticipé. Preuve en est l’histoire de Redline : en 2066, une série de catastrophes naturelles ravage la surface de la Terre. A la tête d’un gang de malfrats de la pire espèce, vous êtes chargés de réduire à néant les émeutes ennemies. But de l’opération : vous rendre maître d’une planète qui ne compte plus que quelques millions d’âmes. Fin du scénario.

A priori, vous ne devriez donc point rencontrer de monstres mais plutôt des humains trapus et insatiables. L’expérience nous a pourtant montrés qu’il n’en était rien, à moins que l’horreur soit le nouveau look à la mode… Passons. Car jusqu’à présent, rien ne semble vraiment distinguer Redline des autres jeux d’action 3… La période d’essai en tant que simple fantassin vient de s’achever.
Ensuite, il vous est permis de conduire des véhicules. Là, le jeu tient du mélange bien dosé entre un quake-like de premier choix et Interstate’76 au doux fumet. Ajoutez-y une pointe d’humour noir, façon Carmaggedon 2, ainsi qu’une pincée de GTA et Redline balaie définitivement une contradiction de taille. Effectivement, comment pouvait-on encore imaginer notre héros courir comme un lapin alors qu’il dispose d’un armement de pointe ? Votre arsenal motorisé comprend pas moins de douze véhicules, équipés chacun d’armes surpuissantes. Une fois au volant, il ne vous reste plus qu’à écraser les adversaires ou à pulvériser les véhicules ennemis. Malheureusement, l’intelligence artificielle est plutôt faiblarde : foncer sur un piéton n’a finalement que peu d’intérêt. Ce dernier a généralement tendance à rester immobile, attendant patiemment l’impact… Qu’à cela ne tienne, Redline vous offre une nouvelle dimension de jeu, surtout en mode multijoueur. Les développeurs d’Accolade ont d’ailleurs prévu cinq arènes de jeu afin d’engager les conflits les plus spectaculaires. Côté décors, la variété sauve la qualité. Rien de bien stupéfiant, si ce n’est un dépaysement total et une rapide montée d’adrénaline.