PARTAGER
2
sur 5

C’est devenu à la mode de taper sur Cryo. Il est vrai que les dernières productions (Ring, Le Gardien des ténèbres) avaient de quoi décevoir : graphiquement irréprochables, il leur manquait quand même l’élément principal d’un bon jeu : un bon scénario et, surtout, une once d’intérêt. Alors quand Cryo s’attaque à un pilier de la bande dessinée fantastique… il y a de quoi s’inquiéter. Pour les non-initiés, Les Chroniques de la Lune Noire sont à l’origine une BD de Froideval et Ledroit mettant en scène Wismerhill, le héros aimé des dieux dans un monde désolé et en proie à la guerre civile. Un univers fantastique où se retrouvent dragons, chevaliers et archanges…

Cryo a transformé cet univers en jeu de stratégie en temps réel. Naturellement, vous incarnez Wismerhill. Vous débutez le jeu seul, pour défendre les paysans contre des raids d’orkhs ou de bandits. Au fil de votre avancée vous aidez des garnisons de l’empire et apprenez ainsi les principes de commandement et de magie qui régissent l’univers de la Lune Noire. Puis vient l’heure du choix : à quel camp se rallier ? Les quatre forces qui se livrent un combat sans merci dans l’empire font appel à vous. Or, vous ne pourrez servir qu’un seul maître et, qui sait, devenir empereur… Les quatre camps ont leurs propres caractéristiques : l’empire détient une armée puissante, entraînée et l’empereur lui-même possède bien des pouvoirs. La Justice est un ordre uniquement composé de chevaliers au moral d’acier, convaincu d’agir pour le bon droit, il ne quitteront jamais le champ de bataille. La Lumière soutien son chef Fratus Sinister avec une dévotion sans pareil. Et enfin La Lune Noire aligne des monstres effrayants et des créatures sorties d’outre-tombe… Chaque camp à ses avantages mais aussi ses inconvénients… A vous d’en maîtriser les éléments pour gagner chaque bataille.

Cryo se lance donc dans le jeu de stratégie, mais un jeu de stratégie à la Cryo… Avant tout, honneur à ce qui fait la réputation de l’éditeur depuis bien longtemps : le graphisme. La séquence d’introduction est tout bonnement époustouflante ! Ca c’est une cinématique ! Dynamique, lumineuse, vivante… L’interface du jeu n’est pas en reste. Le bestiaire surtout. Reprenant des croquis de Pontet, elle présente toutes les unités disponibles dans le jeu, camp par camp. On découvre ainsi les caractéristiques techniques de chaque type de personnage, de l’orkh à l’empereur en passant par les chevaliers de justice ou les paysans. On y trouve aussi une description sommaire des troupes qui permet de se replacer à chaque fois dans l’univers de la bande dessinée… Jusque-là, Cryo tient haut la main sa réputation.
Le scénario lui aussi est à la hauteur. Il tient franchement la route -normal, il est directement inspiré de la bande dessinée. Parce qu’il y a quatre camps, quatre campagnes différentes s’offrent aux joueurs. Et chaque campagne se déroule effectivement comme une vrai campagne militaire. Il ne s’agit pas d’une succession de missions plus ou moins difficiles, mais d’une véritable aventure qui se greffe sur la stratégie. Après chaque combat, le joueur revient sur une carte globale de la région. Il peut décider de déplacer ses armées dans telle ou telle direction, à la rencontre de tel ou tel ennemi. Votre destinée sera différente selon le chemin choisi. Mais voilà, c’est une fois le jeu lancé que les choses se gâtent…

Les lumières et la vie de l’introduction laissent place à un monde un peu trop plat. Myth II ou Warzone 2100 nous gratifiaient d’un moteur 3D des plus réussis, Les Chroniques de la Lune Noire, lui, affiche un simple moteur 2D. Les graphismes sont bien sûr très fins, les effets de lumières et de magie étonnants, mais tout ça reste définitivement plat, parfois même un peu fouillis (difficile de distinguer archers et paladins). La vue du dessus est très pratique, mais on aurait aimé plus d’originalité dans la présentation même des combats. Hélas, il a y bien pire. C’est l’ambiance du jeu, ou plutôt l’absence d’ambiance qui gâche l’ensemble. La musique vaguement médiévo-futuriste et les cris des troupes qui obéissent à vos ordres (ouuiiii maaaîîître !) ne plongent décidément pas le joueur dans un quelconque univers. Pas moyen d’oublier qu’on est devant un écran. Cryo a beau annoncer fièrement « 4 camps et 6 peuples différents » et même plus de « 80 unités du paladin à l’éléphant de combat »… il a beau ajouter à ça les options de magie (parfois très bien trouvées), l’apparition des archanges ou des élémentaires en plein combat… on ne prend pas vraiment plaisir à livrer bataille et à détruire les armées adverses.
Les Chroniques de la Lune Noire méritaient mieux que ça. Que Cryo exploite donc sa spécialité et s’en tienne là, qu’il nous refasse des jeux d’aventure !