PARTAGER
2
sur 5

En marge des jeux de la cuvée « Coupe du Monde 98 » purement arcade, on trouve également quelques simulations de manager de foot. Dont Football Manager 98, qui, à vrai dire, se contente uniquement de tout miser sur ce dernier aspect du football. Vous ne jouerez donc jamais ici à la baballe puisque vous suivez les matches en simple spectateur. Bon si, c’est tout de même à vous que revient les délicates tâches d’effectuer les remplacements et de modifier la formation. Ouf, sauvé !
Le jeu propose en fait deux types d’approche, comprenez deux niveaux de difficulté. Niveau profane en incarnant modestement l’entraîneur ou la totale, dans la peau du manager. Concrètement, soit vous vous chargez, en bon Mémé Jacquet, de gérer simplement vos joueurs, soit vous prenez tout en main, de l’évolution de l’équipe à la gestion des finances du club. Pots de vin et autres magouilles compris ! Classique.
C’est à partir de l’écran principal qui présente le stade et son environnement que vous accédez à toutes les sections du jeu : le bureau du manager (peut-être le vôtre donc), le bureau du président (pour connaître les objectifs de la saison -coupes et championnat-), les bars, cafés, restaurants et boutiques (restauration et produits dérivés, bons moyens d’augmenter sensiblement les bénéf’ du club), le stade (amélioration des structures), le terrain (transferts, entraînements…) et, le passages obligés avant chaque match, les vestiaires (définition des tactiques et des formations). Pas simple, avec tout ça, de contenter tous son petit monde (le président, la banque, les supporters et les joueurs).
Mais finalement, de par sa complexité et la réitération permanente et obligatoire des mêmes actions, Football Manager 98 est un jeu fatiguant. Disons qu’il faut beaucoup de temps devant soi, et une bonne dose d’acharnement, pour espérer en apprécier la subtile quintessence…