PARTAGER
3
sur 5

Bien décidé à investir le créneau, a priori prometteur, du ludo-culturel, Index + et FTM (la BD interactive Blake et Mortimer) nous propose aujourd’hui une initiation à l’histoire médiévale des croisades. Nous voilà donc en plein XIIe siècle, en 1183 précisément, au Royaume de Jérusalem où les reliques de la Sainte Croix sont en danger. Le chevalier Arthaud, seigneur violent déchu de ses droits, se voit confier par le roi Philippe la mission de ramener la véritable croix de Terre Sainte et de déjouer, dans le même temps, le sinistre complot qui s’y trame. À vous donc de faire progresser la quête d’Arthaud, qui dépendra de votre aptitude à résoudre diverses énigmes. Lesquelles énigmes s’appuient sur un certain nombre de connaissances historiques. Reconnaissons d’emblée la qualité du travail des concepteurs : les graphismes, les animations, les sons et musiques sont impeccables et concourent aisément à plonger le joueur dans l’ambiance de l’époque (les reconstitutions historiques doivent sans aucun doute leur rigueur à l’utilisation d’un fond iconographique très riche). Pour quelques 30 heures de découverte interactive !

Croisades est effectivement un jeu puisqu’à travers cinq mondes d’Occident et d’Orient (Dun-Le-Roy, Saint Gilles, Saint Jean d’Acre, Kérak de Moab et Jérusalem), pas moins de 197 énigmes sont à résoudre. Comment ? Au fil des scènes et des lieux visités, le joueur doit remplir une sorte de portefeuille d’objets trouvés sur place pour les utiliser aux moments adéquats. Concrètement, il s’agit de balader son curseur sur les différents écrans et de sélectionner presque au pifomètre, parmi les objets récupérés, le bon outil qui déclenchera une action.
Dans le même temps, l’utilisateur apprend à manipuler des machines de siège médiévales, découvre comment tracer les routes à l’aide d’un astrolabe et de cartes maritimes médiévales, étudie la pratique de la médecine arabe au temps des Califes, ou encore déniche les recettes de l’alchimie. Croisades est donc également une initiation, l’occasion surtout d’aborder des thèmes passionnants : les Francs, les Sarrasins, l’architecture médiévale, la guerre, les sciences arabes et franques, les cartes des huit croisades, de la Terre Sainte, des grandes batailles et de la Méditerranée.

Seulement voilà, l’intérêt du jeu est assez limité, puisque rébarbatif et quasi aléatoire dans son principe, et vient même perturber l’initiation, servie à l’origine par une masse considérable d’informations que l’utilisateur aurait du pouvoir tirer de ce CD-rom. C’est à se demander si la formule de mix ludo-culturel est si prometteuse : les gamers n’y toucheront forcément pas, quant aux autres, je doute qu’il explorent longtemps ce Croisades, préférant s’en tenir aux bonnes vielles méthodes encyclopédiques et didactiques largement exploitées aujourd’hui. En attendant, s’il existe une cible pour ce genre de production, j’arrive pas trop bien à voir laquelle…