PARTAGER

On connaissait déjà LCI, la chaîne « infos » du groupe Bouygues, et diffusée également sur le Web. Sa grande sœur TF1 s’apprête elle aussi à faire le grand saut sur le Net. Avec pour objectif de rivaliser avec ses homologues ricaines ou anglaises. Et pas forcément avec les mêmes arguments qu’à l’antenne.

Les bureaux sont flambant neufs. Les ordinateurs à peine connectés. Au 6e étage de l’aile sud de la tour TF1, ça sent encore bon les travaux tout juste finis, dans les anciens locaux de la rédaction sportive de la chaîne. Et pourtant, c’est bien ici que s’élabore patiemment le site Web nouvelle génération de la Une. Un site plein d’images, de reportages et d’infos. Un site pour tenter de faire la nique aux networks anglo-saxons présents depuis longtemps sur le réseau. Mais foin de concurrence -pour une fois !-, le premier mot qui vient à la bouche de Laurent Krivine, responsable infos du projet, c’est « expérimental ». « Pour moi qui vient de LCI, je ressens les mêmes choses que lors du lancement de cette chaîne. C’était l’aventure totale, et là c’est exactement pareil. »

Car malgré sa puissance financière, éditoriale et technique, la Une se la joue modeste sur le coup du Web. Petite équipe, avec six ou sept journalistes, tous recrutés en interne -économie oblige-, un ou deux graphistes et quelques techniciens informatiques. Avec pour chapeauter l’ensemble, l’ex-grande prêtresse de l’info du dimanche soir, Anne Sinclair. « Elle sait qu’on part à l’aventure, mais depuis le début, elle est à fond derrière ce projet. C’est elle qui a décidé tout le monde, car elle avait bien réalisé que ça bougeait dans le domaine » précise Laurent Krivine.
Modeste certes -encore que : le budget du projet n’a pas été rendu public- mais surtout libre. Libre de prendre le temps qu’il faut pour bâtir quelque chose « qui tienne la route ». Libre aussi d’inventer un ton nouveau et une nouvelle manière de présenter l’information sur le réseau. Car, et c’est sans doute le point qui étonne le plus, la direction de la chaîne laisse une très grande liberté à l’équipe pour mener à bien ce nouveau site. « Faites-vous plaisir » ! Voilà résumée la teneur du message présidentiel.

Prévu courant mars ou avril, le nouveau site de TF1 devrait donc innover par rapport aux programmes diffusés à l’antenne. Une grande priorité sera donnée à l’information. Sans chasse au scoop (possible, ça ?), mais avec une réelle volonté d’aller en profondeur et de développer des sujets qui n’auraient pu être traités à l’antenne. « A nous aussi de bien hiérarchiser l’info et surtout d’inventer un nouveau style d’écriture, propre au Net. « A eux surtout d’ouvrir rapidement d’autres rubriques et plus particulièrement celles ayant trait à la culture ou au cyber. « Nous allons faire tout ça au fur et à mesure » confirme Laurent Krivine. « De toutes façons, notre site ne s’adressera pas aux mêmes personnes que celles qui regardent la chaîne. A nous aussi d’amener un nouveau public vers l’Internet. Mon plus grand plaisir serait de faire découvrir la cyberculture ou les arts électroniques au plus grand nombre de personnes possible. Même si, c’est vrai, la grande priorité du départ, ce sera l’information ».

TF1 qui fait dans le technoculturel, on aura tout vu ! Les semaines qui viennent nous diront si toutes ces bonnes intentions se traduiront en HTML ou resteront lettres mortes.
On scrutera donc attentivement nos écrans pour voir si c’est par le Net que passera la réhabilitation -en termes d’image et de sérieux- de la grande chaîne populaire. Rêvons un peu…