PARTAGER

Voici venu le temps des festivals d’été. Si vous voulez aiguiser votre curiosité de balletomane, commencez votre été de festivalier par la petite ville d’Uzès. Située à quelques encablures de Nîmes, Uzès accueille cette année de jeunes chorégraphes scandinaves.

Danois, Norvégiens, Suédois, Finlandais, ces Européens nous sont à la fois proches et méconnus. Que connaissons-nous d’eux ? Leurs étendues enneigées, leur goût du ski et de l’écologie, leurs noms imprononçables, leurs physiques de mannequins ? En matière de danse, le champ se restreint encore davantage. Le public français connaît tout au plus le suédois Mats Ek, le finlandais Jorma Uotinen ou encore son jeune compatriote Théo Saarinen et… personne d’autre. Pourtant, ces pays jouissent d’une jeune danse qui sait faire preuve d’ingéniosité et de talent. Elle semble vivre aujourd’hui le même éclatement de créativité que dans la France des années 80. C’est cette Norsk dans représentée par huit compagnies invitées que l’édition 99 du Festival de Nouvelle Danse d’Uzès vous invite à découvrir.

Des Danois comme s’il en neigeait

Les Danois seront représentés par Bo Madvig qui propose Flash fish n°8, un solo dansé nu qu’il résume comme un « conte abstrait entre un poisson dans son bocal et un homme dans son slip ». Qui dit mieux ? Bo Madvig est un chorégraphe voyageur qui se nourrit de ses promenades lointaines. C’est aussi un danseur impressionnant au visage émacié qui capte formidablement la lumière. Autres compatriotes danois, Tim Rushton qui présentera Refrain, un duo de séduction masculine à la gestuelle néoclassique et Anders Christiansen invité à Uzès pour Trunk, solo masculin inspiré de l’œuvre de Francis Bacon. Accompagné par une violoncelliste, ce solo pourrait glisser progressivement vers le duo tant le travail du chorégraphe s’est tourné vers la musicienne. Anders Christiansen étant doté d’une réputation sulfureuse, on nous promet du sexy. Enfin, la toute jeune Lene Boel s’attaque au légendaire Barbe Bleue avec Blaskaeg.

Velkommen til Oslo

Premiers norvégiens annoncés sur les terres du Gard, Gunhild Bjornsgaard et Marcelino Valiente, mariage franco-norvégien de danse-théâtre qui a donné naissance à la compagnie B. Valiente. Deux regards sur la culture et la mentalité norvégienne (l’un natif, l’autre expatrié) qui mènent à Redselsfull pust, anagram 1. Cette pièce est une évocation de l’entrave, de la privation typiquement norvégienne, qui ici pousse le corps à s’exprimer. On attend une pièce sensible, illuminée par la délicate Gunhild Bjornsgaard.
Jo Stromgren sera le second représentant du paysage chorégraphique norvégien. Il est l’un des rares chorégraphes invités à avoir travaillé en France (notamment pour le Ballet du Rhin). S’agissant d’un chorégraphe particulièrement prolifique, on regrette que le festival d’Uzès ait choisi de programmer A danse tribute to the art of football. Dans cette chorégraphie pour quatre danseurs-footballeurs, Jo Stromgren tente de faire surgir la substantifique moelle artistique de la gestuelle footbalistique, mais ce n’est qu’une facette anecdotique de sa créativité. Dommage donc pour l’un des chorégraphes nordiques les plus doués de sa génération.

En provenance de Stockholm et Helsinki

La Suède et la Finlande ne compteront chacune qu’une seule représentante. Virpi Pahkinen, la chorégraphe la plus mystique de la programmation propose In Dialogue with a Red Mountain. Cette jeune femme au crâne entièrement rasé exceptée une longue tresse, emmènera les spectateurs en quête d’élévation sur sa Montagne rouge. Quant à Sanna Kekäläinen, seule recrue finlandaise du Festival d’Uzès et figure importante de la danse contemporaine à Helsinki, elle présentera son Afternoon of a Faun. Nouvelle vision du Faune sur la musique de Debussy, le mythe de Narcisse sera revisité par la chorégraphe et son danseur Mika Backlund (dont vous rêverez encore longtemps après cette soirée passée dans le Jardin médiéval d’Uzès). Une création à ne pas manquer. Prenez garde, car elle n’est programmée qu’un soir.

Et aussi quelques Français…

Quatre représentants français viendront réchauffer ces soirées. Notamment Mathilde Monnier qui, en voisine, présentera Une Fantaisie à Uzès, succession de courtes pièces issues de son travail au CCN de Montpellier et de sa collaboration avec le cinéaste Karim Zeriahen. Ne manquez pas non plus les Nuits nordiques, proposées dans le cadre du festival. Elles seront l’occasion conviviale d’aller à la rencontre des artistes invités et d’approcher leur culture par des projections de films et des expos photos. Cerise sur le gâteau, vous pourrez même déguster la gastronomie scandinave dans la douceur du Jardin médiéval d’Uzès.


Bureau du festival : Office du tourisme d’Uzès
Renseignements : 04 66 03 43 83 ou
du 18 au 26 juin 1999