PARTAGER

Que Dominique Wolton* le veuille ou non, Internet est certes un gigantesque tuyau, mais c’est aussi un surprenant média au cœur duquel sont préservés et se côtoient l’écrit, le son et l’image, mêlés à l’interactivité. Le temps des fusions n’a pas véritablement commencé. Les webzines et les netradios vivent leur petit bonhomme de chemin. Côte à côte avec les web TV, dernier concept cyber-journalistique à la mode, descendant direct du boîtier cathodique. La technologie actuelle, encore limitative, refroidit les initiatives les plus ambitieuses et sape tous les business plan. Problème, car la bataille est déjà bien entamée…

En juillet 1998, Jacques Rosselin (co-fondateur de la revue Courrier International) boucle son tour de table. Grâce aux apports financiers de business angels (dont l’insatiable Pierre Bergé), son nouveau projet prend forme. CanalWeb s’installe rue Cognac-Jay. Tout un symbole pour mettre en chantier une activité inédite dans l’hexagone : le webcasting. Autrement dit, la télévision par Internet. « Les gens ne lisent pas Internet, ils le regardent » affirme Philippe Valachs, directeur général chez CanalWeb. Partant, la start-up parie sur la création d’un bouquet de programmes télévisuels accessible via la Toile. Dans un premier temps, CanalWeb a joué les évangélistes pour démarcher à tout va ses premiers partenaires. « Nous nous sommes retrouvés un peu dans le modèle des radios libres au début des années 80 » se souvient Philippe Valachs. Résultat : les premières émissions sont principalement « bricolées » avec des groupuscules actifs provenant des milieux associatifs et culturels…

Des programmes ultra-ciblés

Aujourd’hui, CanalWeb annonce 6 000 visites quotidiennes et prétend être « le premier fournisseur européen de chaînes interactives ». L’équipe s’est adjoint les services d’un directeur des programmes dont la tâche consiste à recentrer la ligne éditoriale du bouquet, en suivant cette règle-constat martelée par les responsables : « nous ne sommes pas dans le principe d’un mass média comme la télévision, mais dans celui d’un média communautaire ». De fait, les émissions sont plutôt très ciblées : Diagonal Mag s’adresse aux fans d’échecs et Cyber Femmes à qui vous savez. « Nous comptons énormément sur la matière éditorial du partenaire » admet Philippe Valachs. CanalWeb sert en fait de prestataire technique puisque la société se charge exclusivement des moyens de diffusion. D’où l’importance d’accueillir dans son studio de la rue Cognac-Jay des partenaires fiables, si possible réputés : comme Le Monde Dilpo pour la chaîne Diplo TV, les confrères du Monde Interactif pour le Le Monde TV, ou encore Cubafolk pour Salsa TV. Daniel Carton, journaliste au Nouvel Obs, anime lui Carton Plein, une émission politique. L’essentiel étant, selon les propres termes de l’équipe, d' »enrichir le média ». La production maison originale n’est pas encore au goût du jour… Pour autant, CanalWeb ne rechigne pas à laisser carte blanche à des animateurs en devenir. C’est le cas de Laurent-Laurent (pseudo bien sûr) et de son show mégalo-fendart éponyme (cf. Le Salon de coiffure philosophique).

Dans la catégorie des bouquets thématiques ultra ciblés, le modèle du genre, c’est Pseudo. Les States ont quelques années d’avance, y compris, voire plus encore, dans le domaine des web TV. « Si MTV reflète la culture jeune des 80’s, Pseudo définit celle du nouveau millénaire » affirme fièrement les responsables. Rien que ça ! Alors que CanalWeb peine aujourd’hui à passer au-delà de la centaine d’heures de programme par mois, le bouquet de la start-up new-yorkaise en diffuse plus de 200. Là aussi, on parie sur des niches d’internautes en produisant des émissions thématiques que les grands réseaux traditionnels, même américains, ne pourraient pas se permettre de programmer (poésie, hackers, girl-power, wargames…).

Le webspectateur actif

Certes, il n’est pas utile, mais surtout pas bien raisonnable, pour l’heure, de chercher à rivaliser avec les networks classiques et généralistes, d’autant qu’ils expérimentent eux aussi, chacun dans leur coin, la diffusion via Internet. Avec un avantage certain : chez nous, par exemple, TF1, LCI, Canal+ et France Télévision ne manquent pas de programmes… A l’instar de certains webzines et d’une bonne flopée de netradios, les web TV ont sans aucun doute plus d’avenir en misant aujourd’hui sur les niches et, plus globalement, sur des programmes ciblés dont la diffusion n’est valable que sur Internet. Quelle chaîne classique, même thématique sur le câble, prendrait le risque inconsidéré de diffuser, par exemple, dans leur intégralité, les forums culturels de la Fnac ? CanalWeb les diffuse depuis mars 99. Bon plan, puisque c’est précisément grâce à ce partenariat que l’audience du site s’est sensiblement accrue. Echange de bon procédé, le logo du bouquet apparaît dès la page d’accueil du site du distributeur, qui draine une part importante des visites…

Le salut des bouquets Web passe donc par l’originalité. L’archivage, primordial, en est une bien propre au réseau. Philippe Valachs note à ce propos que « dans la répartition des audiences entre le direct et le différé, c’est ce dernier qui est davantage consulté par l’intermédiaire du moteur de recherche ». Normal, sur le Net, la TV à la carte est de fait une réalité, cybermonde et magnétoscope ne sont pas compatibles.
De plus, au-delà des thématiques ciblées, il est un autre aspect, propre à Internet, qui doit naturellement concourir à faire la différence avec le média TV : l’interactivité pardi ! CanalWeb, qui l’a bien compris, explore de ce point de vue différentes possibilités. « Si l’on ne propose que de la vidéo, sans trop d’interactivité, ça ne conduit pas à un développement assez conséquent de l’audience » constate le directeur général. A l’inverse, plus la partie de droite est dynamique, plus les internautes sont nombreux et actifs. » Les pages du site sont effectivement divisées en 2 parties complémentaires : à gauche de l’écran, l’émission en cours, à droite de la documentation, des photos, du texte et des liens vers des compléments d’information ou des émissions récentes plus ou moins liées au thème du jour. En bas de l’écran, toujours dans cette partie droite, CanalWeb propose une zone de « chat », par l’intermédiaire de laquelle l’internaute-spectateur peut, à tout moment, intervenir en direct dans l’émission.

Une technologie à la traine

Alors quoi ? La télévision n’aura pas à souffrir de l’avènement du grand méchant Web ? Pas si sûr… Contrairement aux livres ou à la presse, Internet a un immense point commun avec la boîte cathodique : l’écran, voyez-vous… c’est donc peut-être aussi parce que la technique ne permet pas aujourd’hui de concrétiser les expériences les plus ambitieuses qu’il faut bien limiter ses intentions. Le Web impose effectivement encore des contraintes drastiques : la technologie actuelle ne garantit aucunement la bonne visibilité d’une image de trop grande taille. « Bien évidemment, tout ça dépend aussi du nombre de gens qui se connectent simultanément sur Internet, même si l’utilisateur dispose d’une connexion rapide » soulignait il y a peu Jean-Jacques Peyraud, responsable du site Web de France 3 au webzine Magnet. Difficile de gérer plusieurs types d’encodages… Le plus couramment utilisé est le format G2 de RealNetworks (standard de fait, quasiment !) qui s’adapte assez bien à la fois à la taille de l’image et à la vitesse du réseau. N’empêche, pour apprécier à peu près n’importe quelle vidéo sur la Toile, il faudra supporter une image de taille réduite et, parfois, en prime, les congestions incessantes du réseau. Par conséquent, CanalWeb, comme la grande majorité de ses consœurs ne conçoit pas pour l’heure de produire des vidéo trop complexes : « On fait principalement des produits de talk-show » signale Philippe Valachs, « mieux vaut éviter les trop grands mouvements de caméra ». Et les formats d’émission trop longs : « on est récemment passé d’un format 60 mn à un format 30 mn qui correspond mieux au mode d’utilisation du média ». Mais l’équipe technique attend énormément des prochains formats à venir : Windows Media de Microsoft, Quicktime 4 d’Apple, entre autres… Le streaming (soit, grosso modo, la diffusion audio/vidéo en temps réel -le téléchargement préalable des séquences n’est plus nécessaire, ouf !) est attendu comme le messie. Sûr que la veille techno est de mise dans tout le secteur.

Reste le cas, unique, du mastodonte du webcast royalement côté au Nasdaq : Broadcast.com. Avec une diffusion 24h/24, plus d’un million de visiteurs annoncés par mois (chiffre à relativiser au vu du nombre d’américains connectés), 410 radios et 49 web TV, la compagnie a longtemps excité l’appétit des fleurons du Web mondial, dont AOL : finalement, c’est Yahoo qui rachète ! Pour autant, l’activité de Broadcast.com n’est pas vraiment comparable à celle de ses concurrents. La société texane se distingue en jouant davantage les relais TV que les webcasters producteurs. Du « simili-média » comme on dit. Broadcast.com diffuse principalement des émissions en provenance des chaînes TV. En passant des accords avec les radios et TV locales, l’objectif consiste surtout à rendre accessible à tous via le Net des émissions ciblées.
Niveau création minimale donc. Néanmoins, en marge des rediffusions, la société diffuse parfois, au même titre que certaines chaînes TV, des événements sportifs (le NFL super bowls) ou culturels majeurs (concerts…). Dans ces conditions, la zone de diffusion est mondiale et les annonceurs répondent présent à l’appel (et à la pelle !).

Webcast, un métier d’avenir… lointain

Des initiatives individuelles et indépendantes fleurissent sur la Toile. Comme Progress-TV en France, à qui l’on doit déjà deux web TV : Musique TV et l’étonnante « chaîne médicale francophone » Medecine Net TV visitée déjà plus de 60 000 fois en à peine un an d’existence. Teleweb (Lucioles SARL), autre webcaster français, a créé la chaîne ARTV, « la télévision art & culture sur Internet » qui comptabilise à peine une centaine de visiteurs par mois. Néanmoins, David Guez, responsable de Teleweb est optimiste : « Personnellement, je pense qu’il y aura prochainement des centaines de TV thématisées ». En octobre 99, la société va lancer un nouveau concept de télés clés en main à partir de 200 000 F… De la vidéo à destination du grand public, mais aussi des entreprises. Tout le monde n’est pas Broadcast.com qui veut.

Chez CanalWeb, on procède exclusivement par coproductions à 50/50. Fin juillet, la société parisienne espère pouvoir compter sur plus de 200 heures d’archives vidéo. Soit une cinquantaine d’émissions et autant de paris sur l’avenir… car l’activité de production n’engrange à l’heure actuelle aucun revenu. Globalement, les internautes ne sont pas tout à fait accoutumés aux différents plug-in et les limites techniques freinent forcément le webspectateur. Les annonceurs en ont bien conscience… Par ailleurs, il faudra un certain temps avant que les publicitaires aient définit de nouvelles méthodes d’affichage qui conviennent à la vidéo (pub ou sponsoring ? Bandeaux, interstitiels, spots vidéo ?…). Pour rassurer son tour de table et passer comme il est de coutume à l’étape ultime du capital risque, la web TV de la rue Cognac-Jay est elle aussi contrainte de s’adonner au « business to business » en créant pour les entreprises ou les administrations (dont le ministère des finances) des systèmes vidéo clés en main, pour Internet comme pour les intranets. « Ici, la concurrence est nettement plus vaste et bien plus féroce » constate Philippe Valachs. Mais les travaux se font bien sur facture. Ne doutons pas qu’elles soient bien salées.

A l’aube du troisième millénaire, c’est un fait, l’Internet se lit bien plus qu’il ne se regarde… Du coup, si la presse en ligne éprouve toujours quelques difficultés à pouvoir compter sur un modèle économique rentable, voire simplement viable, les web TV devront patienter encore quelques années avant de dégager des premiers bénéfices. En attendant, la pratique est devenue courante et nécessaire sur la Toile, il s’agit bien entendu de se faire un nom. Tout en espérant que l’internaute n’est pas la mémoire trop courte.


* Dominique Wolton, directeur des recherches au CNRS, directeur du laboratoire « Communication et politique » affirme dans son dernier essai Internet et après ? (Flammarion) qu' »Internet n’est pas un média ». Cf. l’interview de Libération

CanalWeb : http://www.canalweb.net
Pseudo.com : http://www.pseudo.com
Broadcast.com : http://www.broadcast.com
Teleweb : http://www.teleweb.org
Progress-TV : http://www.progress-tv.com/