PARTAGER

Tout a commencé avec le succès en Angleterre de Miss Parker, tube electro-bricolo. Un premier album solo a suivi, Organized, véritable album de famille, avant d’enchaîner prochainement une tournée européenne avec Morcheeba. Morgan (Nicholls), la trentaine encore adolescente, s’en plaindrait presque, plus à l’aise en studio que sur le devant de la scène.


Chronic’art : Tu étais bassiste dans un groupe punk (Senseless Thing). Tu joues à présent de l’orgue sur un album pop. Pourquoi ce changement ?

Morgan : Le style a changé en apparence mais ma façon de composer n’a pas beaucoup évolué. J’ai toujours aimé la vieille école d’écriture couplet-refrain. A l’époque, c’était déjà des chansons pop. Ces chansons étaient seulement plus simples et les guitares plus bruyantes.

Comment s’est fait l’album ?

Miss Parker est sorti en single sur le label Zubizaretta en 1999, les radios l’ont beaucoup diffusé, Philippe Ascoli montait Source UK, il recherchait des artistes. Je ne pensais pas faire un album. J’ai dû réunir des titres que j’avais déjà enregistrés mais qui n’étaient pas achevés. Sans la pression de l’album, ces chansons n’auraient peut-être jamais vu le jour. C’était un peu comme un devoir de classe. Je suis resté deux mois en studio à écouter mes anciennes démos. Je n’avais rien écrit depuis longtemps, c’était assez frustrant. Et puis je n’étais plus dans le même état d’esprit. Alors en une semaine, j’ai enregistré trois nouvelles chansons, Flying high, Something he said, et When I close my eyes. J’ai composé Flying high car j’avais besoin de vacances !

Et le travail de production ?

Nous avons passé beaucoup de temps à nettoyer mes démos, trop peut-être. Nous aurions du rester plus lo-fi mais je ne voulais pas être catalogué lo-fi. J’aime beaucoup le travail en studio, autant l’aspect brut de certains enregistrements que les productions plus soignées, il faut trouver un équilibre. Le côté soigné de l’album vient de Mario Caldato Jr. Pendant le mixage, je ne pouvais plus rien décider, Philippe Ascoli m’a proposé d’aller à L.A. finir le mixage chez Caldato Jr. Sa participation est assez limitée.

At the Flamingo Hotel ressemble pourtant à un instrumental funky des Beastie Boys.

Je l’ai enregistré à la même époque que Check your head, ça m’a probablement influencé.

On sent aussi l’influence de la pop californienne sixties, notamment sur Flying high et Sitting in the sun.

L’histoire de cette chanson est bizarre. Il y a un an, j’enregistrais des voix pour le groupe Delakota. On partageait le même studio et ma sœur Amy chantait avec eux. J’avais écrit et enregistré la musique de Sitting in the sun mais je n’avais pas de paroles. Alors j’ai dit à Amy : « Si tu trouves quelque chose, je pourrais l’envoyer à mon éditeur. » Après la session, elle s’est mise dans un coin avec un casque et un micro. Elle avait écrit les paroles la veille et voulait enregistrer les paroles avant de rentrer chez elle. On a fait une seule prise. C’était parfait. Quelqu’un d’autre devait chanter mais tout le monde a adoré sa version très ingénue.

Les œuvres sixties de ton père, Billy Nicholls, sont assez proches de ton travail. Est-ce un hommage ?

Je ne sais pas, je n’y ai jamais pensé. Il a écrit presque toutes les paroles de l’album et il m’a aidé pour les voix. Il est très fort pour les harmonies vocales, il a chanté avec les Small Faces et plein d’autres groupes. La composition, sur le plan harmonique, n’a pas beaucoup évolué depuis vingt ans et si je l’avais laissé faire, il aurait fait sonner tout l’album comme Pet sounds. Il aurait mis des chœurs partout. Il adore ça (rires). Lorsque l’on enregistre avec ma sœur et ma cousine Rose, mon père dit : « OK, toi tu fais ça et toi ça… » Souvent, mon intervention se limite à appuyer sur le bouton d’enregistrement ! Je ne réfléchis pas vraiment au sens de mon travail. On se dépêche de finir les chansons pour aller au pub (rires).

Il y a beaucoup de réminiscences pop et soul-jazz dans ton jeux d’orgue Hammond.

Oui. Je ne suis pas un très bon organiste mais j’aime faire sonner l’orgue comme Jimmy Smith ou comme les Small Faces. J’aime retrouver le son qu’avaient ces artistes. Ce qui est génial avec cet instrument, c’est qu’il faut être simple, il faut jouer des riffs. Pour un débutant comme moi, c’est un instrument parfait !

Qui sont tes joueurs d’orgue Hammond préférés ?

Jimmy Smith, le Hendrix du Hammond. J’aime aussi Brian Auger qui est sous-estimé. Et Ian McLagan des Faces qui a un style différent, plus proche du mien.

Et tes albums préférés ?

En ce moment, mon morceau préféré est Indian rope man de Julie Dricoll & Brian Auger. Sinon tous les Jimmy Smith.

Quels sont aujourd’hui tes projets musicaux ?

Je travaille sur le prochain album de mon père, une compilation de bandes inédites des 70’s. Certaines chansons ressemblent à du Beck avec le Beta Band ! Le dernier titre de l’album Organized (Heaven comes quickly) est d’ailleurs une démo qu’il a enregistrée en 74. J’adore cette chanson. Elle me rappelle mon enfance. Je ne comprend pas pourquoi elle n’est pas sortie à l’époque.

Heaven comes quickly sonne comme une ballade de Neil Young. Ton père a presque la même voix.

C’est vrai, dans les aigus. Ca l’énervait que tout le monde lui dise ça. A la fin, c’est devenu une plaisanterie.

Des concerts ?

Bientôt un showcase avec mon père, ma sœur et d’autres musiciens. Comme je n’avais pas prévu de faire un album, je n’ai aucune idée de ce que vont donner les chansons sur scène. Si tout se passe bien, nous devrions jouer en première partie de la tournée européenne de Morcheeba. Mais je ne veux pas passer trop de temps en tournée, je suis plus à l’aise en studio.

Tu préfères rester en famille ?

J’aimerais bien travailler avec d’autres gens (rires), jouer de l’orgue avec le John Spencer Blues Explosion par exemple.

Propos recueillis par

Lire notre critique de Organized