PARTAGER

En quelques films, le visage et la voix de Mathieu Amalric sont devenus incontournables dans toute description du « jeune cinéma français ». Des films d’Iosseliani à Comment je me suis disputé (ma vie sexuelle) (Desplechin), du Journal du séducteur (Dubroux) à Généalogies d’un crime (Ruiz), les rôles tenus par Mathieu Amalric ont presque occulté le fait qu’il se considère avant tout comme un réalisateur. Auteur de plusieurs courts métrages, son premier long métrage Mange ta soupe, est sorti sur les écrans il y a quelques mois. On le retrouve aujourd’hui dans le nouveau film d’André Téchiné Alice et Martin, avant de le voir dans ceux d’Assayas et de Jean-Claude Biette.


Chronic’art : Avez-vous l’impression qu’il y a une nouvelle génération de cinéastes et de comédiens au visage et à la personnalité particulièrement intéressants ?

Mathieu Amalric : Je ne me pose pas ce genre de question. Pour voir des visages intéressants, il suffit de s’asseoir à la terrasse d’un café. Je n’ai jamais fait de casting pour mes films… en tant que réalisateur, parce que je suis devenu comédien un peu par hasard. Je suis incapable de faire défiler des gens dans un bureau. Je crois que je choisis plus des personnes que des acteurs. Il se trouve que ces personnes gagnent leur vie en tant qu’acteur.
L’histoire d’une « Nouvelle Vague » actuelle ne veut à mon avis rien dire. Je pense que ça correspond tout simplement à notre génération qui a été plus imbibée par l’image que les mots. Les gens ont plus de désirs de se raconter par l’image de cinéma ou de vidéo que par les mots. Moi, personnellement, j’ai du mal avec les groupes. J’aime chaque personne individuellement. J’ai un rapport particulier avec Ferran, Desplechin, Podalydès… je n’ai pas de rapport avec un groupe. En général j’ai du mal à supporter une soirée dès qu’on est plus de quatre à table. Je crois que les personnes ont aujourd’hui plus de facilités à s’exprimer avec une caméra qu’un stylo.

Vous aussi ?

Moi, c’est un peu différent. Il se trouve que mes parents gagnent leur vie en écrivant, car ils sont journalistes et j’ai peut-être eu besoin de ne pas faire la même chose. Puis, j’ai eu la chance de rencontrer Otar Iosseliani à 17 ans et j’en ai été marqué. J’ai eu une réaction au monde de l’écrit dans lequel je vivais, même si depuis un moment, j’ai l’impression de me ressourcer dans la littérature plus que dans le cinéma.

Vous vous considérez plus comme un metteur en scène que comme un comédien ?

J’ai du mal à me considérer. J’ai commencé d’abord comme assistant dans le but de réaliser des films et j’ai créé quelques courts métrages. Avec une bande de copains on a raté l’IDHEC. Dans les films en super 8 que l’on faisait, on échangeait les rôles : une fois on jouait, puis on passait aux lumières, à l’image, au maquillage… devant et derrière la caméra, c’était la même chose. Il n’y avait pas de traumatisme en franchissant la caméra. J’ai l’impression que c’est la même chose.
J’aime, je crois, le cinéma parce que c’est autant manuel qu’intellectuel. Tourner un film est un vrai marathon. On paye de sa personne quand on tourne un film et le cinéma m’a permis de sortir un peu de moi, de vivre moins dans ma tête.

Quels étaient les thèmes que vous vouliez développer dans votre court métrage, Sans rire (1990) ?

J’en avait fait un autre avant en 16 et en super 8. J’ai du mal à supporter Sans rire. A force de raconter des choses dans le non-dit, on finit par ne plus rien comprendre. A cette époque, j’allais très mal et on dirait vraiment un film de vieux, un peu nostalgique d’une époque qu’on n’aurait pas connu, c’est assez inquiétant. Depuis j’ai l’impression de m’être un tout petit peu égayé.

Quels comédiens et cinéastes correspondent à vos modèles ?

C’est un magma indéchiffrable, je suis complètement perdu, complètement largué… il y en a trop. Moi le cinéma qui m’attire, c’est le mélange entre fiction et documentaire.

Après les tournages des films de Téchiné, Biette et Assayas, avez vous des projets de réalisation ?

J’espère… J’ai eu la force de refuser des rôles pour prendre le temps de tourner le mien et de réfléchir à mes projets.

Propos recueillis par