PARTAGER

Prévu dans un premier temps pour janvier, puis pour février sur Paris, CyberCâble est aujourd’hui discrètement annoncé pour le premier trimestre 1998. Les Manceaux, Anneciens et autres Strasbougeois profitent depuis l’an dernier d’un accès au réseau par le câble : terminées les factures télécoms ! La connexion n’est plus que forfaitaire. Pendant ce temps, sur Paname, les internautes n’en finissent plus de se faire littéralement raquetter par France Telecom (plus encore depuis le subtil et scandaleux remaniement tarifaire opéré par l’opérateur en octobre dernier). Explications et mises au point avec Pierre Bouriez, Directeur du développement de Lyonnaise Câble.

Tête de l’art : Votre expérimentation (MutiCâble, depuis fin 95) dans le 7e arrondissement de Paris est-elle concluante ? Qu’en pensent globalement les quelques 200 utilisateurs ?

Pierre Bouriez : Les résultats sont très concluants. Avec la commercialisation de CyberCâble en province et MultiCâble à Paris, il existe un peu plus de 2000 utilisateurs. Ceux-ci apprécient particulièrement le confort de la connexion permanente qui ne bloque pas la ligne téléphonique, le bon potentiel de débit et le forfait de facturation sans taxe téléphonique.

L’offre CyberCâble sur Paris semble être constamment repoussée. Vous parlez aujourd’hui d’un service proposé au premier trimestre 98 ? Vous pourriez être plus précis ?

Nous sommes très impatients d’ouvrir CyberCâble à Paris. Effectivement nous avions espéré boucler tous les travaux nécessaires pour janvier. Ils ne posent pas de difficultés théoriques car ils ont déjà été entrepris au Mans, à Annecy et à Strasbourg.
Pour Paris, ils s’agit d’un exercice un peu plus délicat, car les travaux sont entrepris a notre demande par France Telecom, ce qui implique une coordination supplémentaire. Malgré nos efforts et ceux de France Telecom, cela s’est traduit par du retard à l’allumage au commencement des travaux. Résultat : nous sommes obligés de programmer la date des premiers raccordements non pas en janvier mais début mars.

Allez-vous procéder petit à petit dans la capitale ou allez-vous proposer le service sur tout Paris en même temps ?

Les travaux sont entrepris sur tout Paris à la fois. L’ouverture du service se réalisera presque simultanément sur tous les arrondissements, à quelques semaines près. Il y aura néanmoins un premier abonné, qui sera certainement un de nos expérimentateurs du 7e.

Qui est actuellement propriétaire des réseaux utilisés par CyberCâble

à Paris ?

CyberCâble utilise plusieurs réseaux : un réseau d’accès international à l’Internet mis en place par plusieurs opérateurs différents (dont Téléglobe, ndlr), un réseau local d’accès qui appartient en majeure partie à France Telecom, et à Paris Câble pour les quelques derniers mètres permettant d’accéder aux logements.

France Telecom vous pose-t-il problème ?

Nous ne voulons accuser personne. Notre objectif est de proposer le service au plus vite. L’ART (Autorité de régulation des télécommunications) doit veiller à ce que France Télécom exécute sa décision(1).

Combien de demandes totalisez-vous aujourd’hui pour CyberCâble?

Nous avons dans nos fichiers 31 000 demandes spontanées, et ce chiffre augmente quotidiennement.

Quel matériel faut-il acquérir, en plus du micro, pour profiter du service ?

Mise à part le modem (« Cybersurfer » de Motorola, ndlr), vous n’avez besoin d’aucun matériel informatique supplémentaire si vous êtes sur un PC standard. Lyonnaise câble fournit et installe l’éventuelle carte Ethernet ISA ou PCI s’il le faut. En revanche, les PC portables ou les Mac doivent déjà être équipés de la carte.

Allez-vous être en mesure de fournir à chacun le matériel nécessaire à la connexion ?

Oui, nous le fournissons et nous nous déplaçons à domicile pour l’installer (prise TV, modem câble, et configuration du micro).

Nous avons cru comprendre que l’abonnement sur Paris sera plus intéressant que celui proposé en Province. Pourquoi ?

A l’occasion du lancement à Paris, nous allons effectivement baisser nos tarifs, y compris ceux pratiqués en province, car nous bénéficions d’un effet de volume : le coût des liaisons US surpasse largement celui des liaisons nationales, noyé dans la masse.

Et quel sera ce tarif d’abonnement ?

L’abonnement sera de 170 F TTC par mois environ. Nous préciserons ça officiellement dans quelques jours.

Quels sera le coût d’achat du modem et son prix à la location ?

Selon le cours du dollar, le modem sera proposé aux alentours de 2700 F. Et loué probablement pour 79 F par mois.

Allez-vous proposer plusieurs formules d’abonnement ?

Les abonnés au câble de la Lyonnaise bénéficieront d’un rabais de 40 F sur le tarif en vigueur. Nos futurs abonnés ont donc tout intérêt à opter à la fois pour CyberCâble et TVCâble. Au Mans, à Annecy et à Strasbourg, c’est le cas de 75% d’entre-eux qui l’ont bien compris.
L’abonnement de base comprend une adresse e-mail et un espace serveur de 2Mo (sous réserve de modifications de dernières minutes).
Nous devrions également proposer CyberPlus, qui allouera une adresse IP fixe à ses souscripteurs. Il sera destiné aux gros utilisateurs du réseau qui désirent héberger des sites peu encombrants sur leur machine. C’est intéressant, car il est également possible, dans ce cas, de consommer plus de trafic.

Quels sont les avantages du câble par rapport :
– au satellite ?

Le câble est nettement plus simple a installer et ne se sert pas de la ligne téléphonique pour la voie de retour. L’Internet par satellite coûte donc finalement aussi cher qu’avec un accès RTC (téléphone) puisque France Telecom facture les communications.

– à Numéris (ISDN) ?

Avec le câble vous bénéficiez d’une connexion vraiment permanente, à des débits de transfert de données supérieurs à ceux de Numéris, pour un coût complètement forfaitaire.

– à la technologie ADSL(2) ?

L’Internet par câble n’implique pas de sérieux travaux sur le réseau existant. Contrairement à l’ADSL qui nécessite une adaptation coûteuse du réseau téléphonique. Et d’une façon ou d’une autre, le coût de ces travaux se retrouve sur la facture de l’utilisateur. Néanmoins, la technologie ADSL a probablement un bel avenir devant elle : tant mieux, la concurrence est l’un des moteurs du développement des marchés.

Reste un inconvénient. Le prix du modem câble est nettement plus élevé que celui d’un modem classique.

Certes, mais il permet de telles économies par la suite que ça en vaut sans aucun doute la chandelle.

Propos recueillis par

(1) Dans sa décision du 11 juillet 97, l’ART demandait à France Telecom, propriétaire des réseaux exploités par Lyonnaise Câble et la CGV (Compagnie générale des eaux), de conduire les travaux nécessaires à leur mise à niveau dans les meilleurs délais. L’ART s’étant prononcé pour une mise à disposition rapide de l’Internet sur les réseaux câblés, notamment à Paris. Cette décision faisait suite au différend qui opposait France Telecom aux deux câblo-opérateurs.

(2) ADSL (Asymetrical digital subscriber line). Soit une utilisation optimale des lignes téléphoniques classiques visant à augmenter sensiblement les capacités de débits. Une technologie prometteuse qu’est en train d’expérimenter France Telecom. A suivre…