PARTAGER

Laurent Cugny, pianiste et compositeur, créateur du Big Band Lumière en 1979, a été nommé à la tête de l’Orchestre National de Jazz de 1994 à 1997. Il a actuellement un ambitieux projet d’Institut Français du Jazz qui comprend la création d’une base données sur l’Internet.


Chronic’art : Comment t’es venu cet intérêt pour l’Internet ?

Laurent Cugny : Naturellement. J’ai eu plusieurs ordinateurs depuis 1988, j’ai considéré le réseau comme un prolongement parmi d’autres. C’est Lionel Benhamou (guitariste de l’ONJ, décédé) qui m’a mis le pied à l’étrier en 1995 en m’introduisant au groupe de discussion sur Miles Davis.

Que comptes-tu mettre dans cette base ?

Au départ, c’est un travail personnel sur les standards du jazz. Je travaille régulièrement les standards et j’ai toujours un problème quand je suis au piano, j’en connais beaucoup, mais il y en a que je ne joue jamais, simplement parce que je n’y pense pas. J’ai donc commencé à me faire des listes. Je pense que ça a un intérêt pédagogique : on a toujours tendance à faire jouer les dix mêmes morceaux.

On pourrait retrouver instantanément tous les thèmes de Monk, tous ceux de Cole Porter, mais aussi tous ceux des années 60, tous les thèmes en 3/4, toutes les ballades, tous ceux avec le mot « love » dans le titre, bref, tout ce que permet la recherche par critères. Cette base se présente en deux parties : une signalétique (qui a composé, quand, etc.) et une musicologie (tempo, style, harmonie…). Ca veut dire que le jour où on veut travailler la bossa nova, en appuyant sur un bouton, on obtient 100 ou 150 titres de bossa. Mais il n’y a pas les partitions, uniquement les titres. Le but est de donner instantanément l’information pour pouvoir trouver la musique, mais pas de la donner pré-mâchée. Je pense qu’une telle base fait cruellement défaut, et qu’un outil apparemment aussi technique, pourrait aider à reformuler des questions pédagogiques fondamentales qui ont tendance à être occultées dans le développement actuel de l’enseignement, en France en tout cas.

L’idée, ensuite, est d’articuler cette base sur deux autres séries de bases : les bases discographiques et les bases d’imprimés, soit livres de partitions, soit livres écrits sur les sujets jazzistiques. C’est un travail considérable, mais évidemment il n’est pas question de reconstruire lesdites bases. Elles existent pour la plupart, le tout est de créer l’interconnexion. Internet se prête évidemment parfaitement à ce type de mise en rapport.

Hormis la création de cette base, quels sont tes centres d’intérêts sur le net ?

J’essaie comme tout le monde d’y pêcher des informations intéressantes et je n’en trouve finalement pas tant que ça. Ma principale source reste le newsgroup Miles Davis. Les 300 ou 400 qui conversent là échangent une masse d’informations qui sont souvent intéressantes, puisque ces personnes ont, en principe, des centres d’intérêts très proches des miens. A part ça, dans le domaine qui est le mien -le jazz- il est assez rare, quand j’ai besoin d’une information très spécialisée, que je la trouve sur l’Internet. Le réseau des connaissances fonctionne pour l’instant beaucoup mieux pour ça.

Propos recueillis par