PARTAGER

Plus sages que Add N To (X), plus humains que Kraftwerk, plus underground que Abba, plus pop que Dopplereffekt, Ladytron accumule les « plus », sur un album renversant de fraîcheur synthétique, salué unanimement par la critique. Une unanimité qui les inquiète un peu…

Daniel Hunt (clavier, boîte à rythmes, graphiste) et Reuben Wu (clavier, boîte à rythmes, designer) ont créé Ladytron à Liverpool en 1998. Après quelques années de DJing au Japon, d’undergound à Paris et d’incursions en Europe de l’Est, Mira Aryo (chant, clavier, généticien) et Helen Marnie (chant, clavier, mannequin) les rejoignent : ils se sont rencontrés dans un train en Bulgarie. Ils enregistrent dans la foulée et seulement pour 500 F un premier single, He took her to a movie, élu single de la semaine dans le NME de décembre 1999. Le morceau inspire la critique, qui le compare à du « Abba sous méthadone » ou du « Kraftwerk rencontrant Nico dans une pharmacie ouverte 24 heures sur 24 ». Les sons synthétiques mariés aux voix toutes de neutralité des deux chanteuses, portés par une mélodie entraînante, font de ce premier essai une mini-bombe des dancefloors pop européens.

Europop-pop makes me dizzy

Européenne, la musique de Ladytron l’est à plus d’un titre. Entre Abba et Kraftwerk, plus proche du label allemand Bungalow et des Chicks On Speed que de Creation et Oasis, elle a plus à voir avec le Vieux Continent qu’avec les produits calibrés FM d’outre-Atlantique. Quant à l’Angleterre, elle ne semble pas présenter grand intérêt pour le groupe. Selon Daniel Hunt, « la scène anglaise produit de la bonne musique mais de mauvais consommateurs, qui croient voir en Travis, Radiohead ou Coldplay un véritable sang neuf, quand ceux-ci ne font que répéter les éternels poncifs musicaux anglo-saxons. Notre musique a plus d’origines européennes qu’anglo-saxonnes. Les chanteuses viennent de Bulgarie. Et d’ailleurs, Liverpool, de par sa situation géographique un peu excentrée, et sa population, est une des villes les moins anglaises d’Angleterre. » Ce qui explique l’engouement français pour ce groupe sans frontières. Les premiers concerts de Ladytron en France, lors de soirées Tricatel sous un chapiteau de la porte de la Villette, ou au Bowling de l’avenue Foch, restent dans les mémoires comme de grands moments de mélange entre glamour froid et synthétisme minimal. Les quatre membres du groupe sont tous vêtus de noir, les deux belles jeunes filles faisant front de leurs voix anesthésiées devant les deux garçons triturant leurs machines. Clairement, les silhouettes des Ladytron s’incrustent durablement dans les rétines des quelques privilégiés présents. Toujours à la pointe de la mode, Bertrand Burgalat sort alors un 25 cm du groupe sur le single-club de Tricatel (Play girl / Commodore Rock) à la très belle pochette rétro-fururiste.
Believe the hype

Puis l’engouement européen passe par Paris, Berlin et Barcelone. Et Ladytron est désormais beaucoup apprécié au Japon où leurs premiers maxis sont très recherchés. Daniel : « Les Japonais sont curieux. Ils adorent les disques importés. Ce qui fait que nos disques importés des Etats-Unis ou d’Europe se sont mieux vendus là-bas que lorsqu’on y a sorti notre mini-album Miss Black and her friends, sur Bambini, en pressage exclusivement japonais Toutes les copies ou presque de ce disque ont en fait été vendues en import aux Etats-Unis… » Et l’Amérique, à travers le label pop Emperor Norton (Momus, Olivia Tremor Control), finit par leur faire les yeux doux. Tandis que Ladytron se retrouve à la 61e place des « révélations de l’année » du magazine Gear, le disque sort en avant-première sur le label américain, mais on peut en trouver des copies à Paris, chez Colette. Et comme tout ce que vend Colette est extrêmement glamour, Ladytron le devient aussi. Problème : le groupe ressent ça comme un malentendu : « Nous sommes sur la compilation Colette, notre musique est programmée sur Fashion TV, mais nous trouvons ça vraiment bizarre… Nous sommes vêtus de noir parce que nous voulons revendiquer le groupe comme une entité entière, une unité. Mais nous ne faisons que jouer de la musique. Je ne vois pas ce que les créateurs de tendances nous trouvent. Du coup, notre perception du groupe s’en trouve modifiée. Alors qu’auparavant, nous ne nous préoccupions que de la musique, nous nous sentons maintenant observés pour des choses qui n’y sont pas liées, comme nos vêtements, notre attitude. C’est un peu effrayant… »

Postmodernes

Le malheur (ou le bonheur) de Ladytron, c’est d’être tombé pile au bon moment et au bon endroit, pour susciter la hype et l’attraction : juste avant le revival néo-romantique qui va bientôt battre son plein, quand sort Living in a magazine, le premier album de Zoot Woman, le groupe de Jacques Lu Cont. Celui-ci ne s’y est pas trompé, qui a intégré le morceau Playgirl dans sa compilation sur Blueprint. Le glamour qui entoure Ladytron tient à une question de contexte, entre les dernières tendances de la mode, en plein revival punk-80’s et la vague postmoderne qui touche la musique populaire (en France Phoenix ou Daft Punk), Ladytron a surgi de sa culture européenne, avec ses simples désirs musicaux, devenues tendances et art de vivre. Selon Daniel, « Ladytron génère ses propres versions de la modernité. A la différence de Zoot Woman, qui joue beaucoup sur la nostalgie. Je me sens plus proche de Daft Punk qui s’approprie également son passé pour une réinterprétation ». Cependant, Daniel tient aussi à relativiser les influences qu’on colle au groupe : « Quand j’étais DJ, je passais plus de disques sixties, de garage, de soul ou de Northern soul. C’est plus ma culture que Kraftwerk en fait. Ainsi, le morceau Mu-tron devait ressembler à un titre des Meters et un autre titre s’est inspiré de Another par les Supremes, même si, au final, on ne les reconnaît pas vraiment… » La vague de sympathie suscitée par Ladytron pourrait bien tenir à une manière juvénile de faire tout simplement de la soul ou de la pop avec des synthés, en gardant le côté chaleureux de la musique populaire et en y insufflant la froideur européenne de la musique électronique. « Le songwriting me semble plus déterminant que l’aspect électronique des morceaux. Bien sûr qu’on est influencé par Kraftwerk, mais mes chansons préférées sont celles des Teardrop Explodes, Tainted love de Soft Cell ou Venus des Shocking Blue. De la pop. Je trouve finalement plus subversif d’essayer de faire un album populaire plutôt que de se limiter à l’underground… »

Propos recueillis par

Lire notre critique de 604, dernier opus de Ladytron