PARTAGER

L’œuvre : Félida -couturière de son état- « souffre dans sa raison » au point d’être assiégée par deux personnalités diamétralement opposées qui se heurtent et se succèdent au milieu d’un florilège de symptômes évoquant l’hystérie décrite par Charcot à la Salpêtrière. Rencontre avec Dominique Paquet, auteur de La Double vie de Félida.


Chronic’art : Prétexte à un débat sur l’hypnose, la pièce ne poursuit-elle pas elle aussi plusieurs ambitions : didactique, historique, théâtrale ?

Dominique Paquet : Je dirai même qu’elle relève d’une ambition archéologique qui témoignerait de l’état de la pensée de la psychiatrie au XIXe siècle. Cette enquête de diagnostic est intéressante lorsque l’on songe qu’à l’époque, on ne disposait d’aucune méthode d’examen. En envisageant une explication physiologique de l’hystérie, Eugène Azam rejoint par certains aspects notre vision contemporaine de ce phénomène. Théâtralement parlant, cette succession d’états offre pour un comédien une grande richesse de jeu.

De quels ressorts disposiez-vous pour illustrer la théorie de Charcot, qui affirmait que « tout est neurologique », puisque l’on sait qu’Eugène Azam fut l’un de ses disciples ?

Je me suis largement inspirée des travaux d’Eugène Azam, qui, en collaboration avec Albert Pitre -bordelais de renom-, a réuni une foule d’observations et de témoignages sur l’hystérie. Ils ont tous deux décortiqué et tenté d’expliquer les manifestations de somnambulisme, les troubles de la mémoire, les afflux de sang témoignant de troubles de la capillarité ; ils étaient en mesure d’expliquer les hémorragies dont se plaignaient certaines patientes et se sont interrogés sur la localisation de la mémoire ; une préoccupation qui mobilise encore nos contemporains, avec la théorie de la dissémination de la mémoire.

Le versant hystérique et ses innombrables potentialités séductrices apparaît comme un fabuleux outil théâtral ?

Il permet effectivement une succession d’états qui renvoient d’une façon très archaïque à la problématique du transfert : besoin de reconnaissance et de consolation pour cette femme morose, effacée, peu éveillée dans son premier état et qui se métamorphose totalement au point de devenir brillante, séductrice, enjouée, intelligente, préoccupée par ses toilettes. L’amnésie dont elle souffre offre de même un élément éminemment théâtral.

En proposant cette expression du théâtre scientifique avez-vous le sentiment de renouer avec la tradition foraine qui, en son temps, divulguait elle aussi, à sa façon, par le biais du théâtre, les connaissances scientifiques de l’époque ?

Je ne le nie pas, même si je ne l’ai pas recherché. On se souvient de ces forains qui parcouraient la campagne pour y exposer, dans leur roulotte, de grandes figures presque monstrueuses : femmes à deux têtes, certaines maladies de peau, tableaux de fractures, etc. D’un point de vue pédagogique, ceci a probablement contribué à un début de connaissance. Personnellement, mes détours du côté de la médecine relèvent de mon attrait pour l’expression de la folie, qui demeure un beau sujet théâtral.

Propos recueillis par

Voir &numero=43&num_rubrique=6″>la critique de La Double vie de Felida

Dominique Paquet est actrice, dramaturge, auteur. Elle a créé, avec la complicité de Patrick Simon :
Au bout de la plage… le banquet d’après Platon (1995)
Le Boucher Cartésien d’après Descartes en (1996)
Les Escargots vont au ciel (1997)