PARTAGER

Dans deux registres fort différents, Joël Jouanneau signe au Studio Théâtre de la Comédie-Française la mise en scène de La Concession Pilgrim, d’Yves Ravey : une pièce aux allures de polar existentiel qui nous interroge sur notre histoire et notre faculté d’oubli, et au TEP, une comédie burlesque dont il est l’auteur, Les Dingues de Knoxville, créé en 1998.


Chronic’art : Il est écrit sur le programme de La Concession Pilgrim que vous entretenez avec l’auteur de la pièce, Yves Ravey, une correspondance régulière. Dans quel esprit ?

Joël Jouanneau : Plus exactement, Yves Ravey m’écrit régulièrement pour me faire part de ses voyages et de l’état de ses romans. Il est professeur d’Arts plastique et de Littérature. Il me semble que ce lien entre nous est important pour sa création romanesque, au-delà du fait qu’il resserre notre amitié.

Votre non réponse est sans doute prétexte à libération…

Le langage se situe toujours entre ces deux pôles : libération et oppression. Je suis particulièrement sensible à la façon qu’a Yves Ravey de croiser névrose individuelle et mémoire collective : en prenant appui sur un langage qui n’avance pas, qui ne révèle rien dans une pièce qui s’enroule sur elle-même. Quant au mutisme, il fait partie de son histoire personnelle et de l’histoire de son pays, de ses origines autrichiennes. Je le rejoins sur ce chapitre pour avoir moi-même également traversé deux années de mutisme à l’adolescence. Ceci scelle notre intérêt réciproque pour le langage.

Partagez-vous son opinion sur le rôle ambivalent du langage et sur le fait que le malheur vient de la parole ?

« Mieux vaudrait ne pas être né », dit Job dans la Bible. Pour tous deux, le langage est un moyen de libération et d’oppression, une arme de séduction, de conviction, de manipulation et de perversion du rapport à autrui. Le problème c’est que nous ne pouvons pas y échapper.

Tous les ingrédients sont réunis pour que le spectateur ressente le plaisir évident qu’éprouvent les comédiens à jouer ce polar existentiel, et cependant, un grand doute subsiste à l’issue de la pièce, comme si rien n’était résolu…

C’est la force de la pièce qui s’achève de façon stupéfiante sur un renversement de situation, puisque le crâne n’appartient même pas au père de Klima, que le cimetière devient un cimetière marin inondé, et qu’au bout du compte, personne n’est gagnant. Les trois personnages ont beau essayer de tenir économiquement un discours ferme, personne n’intéresse personne dans cette histoire. On se retrouve comme au poker menteur, en présence de trois personnages de losers qui bluffent en prétextant un carré d’as.

Que diriez-vous des échanges entre les personnages ?

Chacun suit sa trace sans jamais changer d’avis mais en écoutant toujours ce que dit l’autre, ne serait-ce que pour mieux déconstruire ses arguments, en faisant l’économie du moindre sentiment. Les relations entre les personnages restent un grand point d’interrogation, y compris pour les comédiens qui en jouent superbement.

Où réside, selon vous, la force dramaturgique de la pièce ?

Dans le verbe précisément, et dans le mystère qui s’insinue tout au long de cette pièce quasi hypnotique qu’on ne peut monter sans de grands acteurs.

Propos recueillis par

Joël Jouanneau a écrit huit pièces entre 1987 et 1996. Elles ont toutes été publiées chez Actes Sud-Papiers et portées à la scène dans les mises en scènes de l’auteur : Nuit d’orage sur Gaza (1987), Le Bourrichon (1988), Kiki l’indien (1989), Mamie Ouate en Papouasie (1990), Gauche Uppercut (1992), Le Marin perdu en mer (1994), Le Condor (1995), Allegria Opus 147 (1996).
Joël Jouanneau met régulièrement en scène des textes d’auteurs contemporains : Robert Pinget, Samuel Beckett, Thomas Bernhard… Récemment, il a présenté Montparnasse reçoit d’Yves Ravey, La Tragédie de Coriolan de Shakespeare/Normand Chaurette, Rimel de Jacques Serena, Pitt Bull de Lionel Spicher.
Les Dingues de Knoxville, sa dernière pièce, est présenté au TEP jusqu’au 5 décembre. La Concession Pilgrim (voir notre critique) est présenté au Studio Théâtre jusqu’au 29 décembre 1999.