PARTAGER

Dix années d’existence et pas une seule ride ! Malgré le stress causé par les subventions qui s’en vont et reviennent parfois comme au ping-pong, Accent aigu, l’association qui gère le festival, continue à semer autant de bonheur qu’au début auprès de ses convives, qu’ils soient artistes ou spectateurs.


Avec un soutien de taille, il est vrai, cette année : un directeur du TGP*, Stanislas Nordey, pour qui le spectacle devient avant tout un espace nécessaire où se joue la volonté citoyenne des uns et des autres. Un lieu de rencontre et d’échange entre des êtres qui feignent bien souvent de s’ignorer ailleurs. Au noms des différences culturelles ou des origines sociales. Le résumé -vu d’une certaine manière- du combat que mène en profondeur Africolor depuis sa création par Philippe Conrath dans cette vieille ville de Saint-Denis. En plus du fait que ce rendez-vous est aussi un tremplin important pour de nombreux artistes, dont la carrière passe par l’Hexagone.
Dix ans d’existence et pas une ride! Cette dixième édition, qui a vu naître derrière elle, la première d’Africolor autour du monde en juillet dernier, renoue avec les trois soirées qui ont fait son succès jusqu’alors. Ce vendredi 19 décembre, la scène du TGP est prise d’assaut par l’Océan Indien. Maloya de la Réunion (Gramoun Lélé, Kiltir), sonorités kenyanes (Ingosi Stars), blues malgache franchisé à la façon parisienne (Tao ravao/Vincent Bucher). Pour le samedi 19, un ticket spécial vous emmène en voyage… de l’Angola (Afra Sound Star) au Cap Vert (Teofilo Chantre), en passant par le Congo (Pepe Felly Manuaku). Grande figure intermédiaire durant cette soirée si particulière qui réunit les mondes lusophone et francophone : Sam Mangwana alias « pigeon voyageur ». Troisième soir, enfin, celui du Noël mandingue, célébré cette année en pleine fièvre du ramadan en compagnie de quelques fleurons de la musique malienne (Abdoulaye Diabaté, Amy Koïta, Bassey Kone…), avec une surprise de taille: les deux créations signées par Nahawa Doumbia et ses invités insolites, Claude Barthélémy, guitariste de jazz, et Frédéric Galliano, DJ. Une soirée symbole des rencontres possibles entre l’Europe et l’Afrique.

* Théâtre Gérard Philippe, 59 bd Jules-Guesde – St-Denis (93)
Tél. 01 48 13 70 00