PARTAGER
0
sur 5

Remuer frénétiquement le cadavre de Kurt Cobain afin d’en extraire les derniers restes jusqu’à présent inconnus du grand public. Tel est -à peu de choses près- le résultat du travail effectué par Nick Broomfield avec son lamentable Kurt & Courtney.
Gageons néanmoins que ce ramassis de ragots inintéressants donnera la nausée aux armées de groupies avides de voyeurisme. Effectivement, le réalisateur a frappé fort. Car le film n’est qu’un assemblage d’images familiales restées des années durant planquées au fond des tiroirs, d’interviews de personnages désireux de se faire remarquer en racontant moult anecdotes choquantes, insolites ou incroyablement inutiles… Le tout sur fond d’enquête bancale qui cherche à démontrer que le suicide n’est peut-être pas la cause directe de la mort du chanteur de Nirvana…
Les dix ou quinze premières minutes peuvent paraître banales : elles ressemblent à de nombreuses introductions de mauvais documentaires. En voyant l’interview de la première petite amie du chanteur qui raconte qu’elle fut peut-être la source d’inspiration d’une vieille chanson, toute personne sensée se dit : « bon, ils nous refilent le plus chiant au début, ça va s’arranger par la suite…  » Mais la scène dure, effaçant progressivement chez le spectateur tout espoir d’apprendre quelque chose d’intéressant sur elle. Et une fois le film lancé, on comprend vite qu’aucun cheminement logique n’y trouve place : images absurdes de la même veine se succèdent pendant 1h40… Le seul divertissement, c’est finalement le ridicule de toutes ces images : les amis junks à la tante du chanteur, en passant par les théories fumeuses d’un détective privé avide de fric. A tel point qu’on se demande si ce docu n’est pas une farce à prendre au dix-huitième degré.
Le réalisateur termine sur une tragique morale, expliquant que le journalisme d’investigation est un métier difficile. Certaines personnes concernées par le film lui auraient, paraît-il, mis des bâtons dans les roues pour l’empêcher de montrer certaines « images chocs ». Franchement, lesquelles ?!