PARTAGER
1
sur 5

Santa Monica Boulevard, Los Angeles. Les mecs qui tapinent pullulent. Parmi eux, John (prénom passe-partout souvent adopté dans ce milieu, d’où le titre du film) et Donner. C’est la veille de Noël. Ils sont fauchés mais ils souhaiteraient changer de vie. Le destin en décidera autrement…
Le spectateur comprend très vite où Johns veut en venir. Un peu à la manière de Macadam cowboy, mais en beaucoup moins inspiré, le film de Scott Silver démystifie la vie des trottoirs en tentant d’en restituer une vision fidèle. Il dénonce le pouvoir destructeur de l’argent et met en jeu des chimères dérisoires qui se consument à petit feu au fil du récit. Tout ça vu à travers le prisme d’une amitié ambiguë entre deux laissés-pour-compte. Johns aurait pu faire un documentaire intéressant : avant le tournage, Scott Silver a rencontré quelques-uns de ces hustlers et a enregistré des heures de témoignages sur cassettes audio, essayant de comprendre les fonctionnements de cet univers implacable. En adoptant la bonne vieille méthode du copier / coller de la réalité à la fiction, le cinéaste novice (il s’agit d’un premier film) n’a réussi qu’à amoindrir la force de son sujet. Parce qu’il n’ose jouer aucune carte à fond (ni docu ni mélo), Johns sombre bien vite dans une impasse. Malheureusement, le cinéma semble avoir été oublié entre deux coins de bitume : les parti-pris stylistiques de Scott Silver se limitent à des ralentis plutôt indigents sur fond de musique religieuse. La dimension catholique du film est d’ailleurs plus que contestable, mêlant sans trop y croire ange gardien black, péché, rédemption et tutti quanti. Quant aux portraits des clients pervers, entre le papy friand du pan-pan cul-cul et le bègue qui refuse violemment ses tendances, ils sont minés par le déjà-vu.
Reste les acteurs, assez bons, pour ne pas faire sombrer prématurément ce film dans l’oubli. David Arquette en fait peut-être un peu trop en John indépendant, mais on retiendra en revanche la prestation de son cadet, Lukas Haas, qui compose son Donner amoureux avec justesse et sensibilité.