Ex-moitié du plus célèbre groupe pop français des années 80, Daniel Chenevez nous prouve avec Hypnose, album solo n°2, qu’il sait comment torcher une vraie bonne chanson, avec pas mal d’idées sombres. Et que, chez lui, le charme n’est pas qu’un accessoire servant à pimenter la musique…


Chronic’art : Que s’est-il passé entre l’arrêt de Niagara et l’arrivée de cet album solo ?

Daniel Chenevez : J’ai sorti un premier album en février 97, j’avais passé un an et demi, deux ans à le préparer. J’ai fait la tournée des petits clubs accompagné d’une petite formation. Ce disque-là m’a pris le même temps de préparation. J’ai commencé à m’y mettre au début de l’an dernier.

A quel moment Muriel et toi vous êtes-vous dit que l’aventure Niagara était terminée ?

On ne se l’est jamais dit. Lorsque nous avons donné notre dernier concert en 1993, il y a eu une conjonction de plein de choses. On était fatigués d’enchaîner constamment, depuis presque dix ans, enregistrement, promo et tournées. On avait besoin de se détendre. Et puis, monter un groupe est dans le fond un acte adolescent. C’est sécurisant et confortable de ne jamais être seul. Mais au niveau du développement personnel arrive un moment où l’on a envie de réaliser quelque chose par soi-même. J’écrivais des chansons au sein de Niagara, ça a toujours été mon truc, et j’ai fini par souhaiter les interpréter, y mettre des thèmes plus personnels.

Tu n’as pas redouté devoir repartir de zéro ?

Bien sûr. Un musicien qui a connu le succès au sein d’un groupe et qui entreprend autre chose en solo est pour ainsi dire grillé au départ. Ça n’intéresse personne. Ou bien, les gens sont sceptiques. Mon envie personnelle de m’exprimer a été plus forte. Ma motivation était de « mettre en réalité » ce que j’avais en tête.

Quelle est la petite histoire derrière Hypnose ?

Je me suis enfermé un an chez moi, dans mon petit studio. J’ai cessé de voir mes amis, je me suis plié à toute une discipline afin de ne pas me disperser. Je me levais tôt le matin, j’allais faire de la gym, ensuite c’était des gammes. J’enregistrais, je travaillais jusque tard dans la nuit. C’était monacal et austère, mais j’ai connu des moments de joie intense. J’étais concentré et confronté à mon travail et le fait de trouver des idées nouvelles m’éclatait comme jamais. Quoi qu’il arrive, quelle que soit la façon dont ce disque sera reçu, j’aurais vécu des instants forts, irremplaçables.

Quel est ton état d’esprit actuel : inquiet des éventuelles critiques négatives, impatient de retrouver tes fans, de reprendre place sur une scène française en pleine ébullition ?

La scène française a vraiment évolué de manière géniale. Les musiciens, les groupes, les producteurs, les ingénieurs du son sont meilleurs. Le niveau a monté et monte encore. Je suis tourné vers l’avenir, ça ne me dérange pas de parler de Niagara, mais je suis plus intéressé par ce qui va m’arriver que par des trucs que j’ai écrits dans le passé. Je viens de terminer la phase de torture mentale, celle où l’on bosse sur ses chansons, et maintenant, je me sens en vacances. Réaliser le clip ou la pochette, donner des interviews ou des concerts, ce sont mes vacances. Ça implique de la schizophrénie : j’ai été musicien, je vais devenir réalisateur… Je redécouvre de nouvelles sensations. Je travaille à nouveau en équipe, ce qui est agréable après tout cet isolement.

Justement. Parlons vidéo. Tu as réalisé le clip d’Apprends la patience. Besoin de contrôle ou de t’exprimer un peu plus ?

Lorsque j’ai signé mon premier contrat d’enregistrement, j’ai compris qu’autour de la musique, il y a une foule d’autres moyens de s’exprimer : affiche, clip, pochette, etc. Je me suis emparé de tout ça avec avidité. Pour moi, même le lettrage compte… Quand j’étais ado et que j’achetais un disque, par exemple celui de Pink Floyd avec la vache dessus, eh bien, j’imaginais que les Pink Floyd avaient eux-mêmes choisi la vache, pris la photo… Je me disais que tout ce que je voyais venait d’eux. C’était donc évident que je m’occupe de tout ensuite. Je suis intéressé en premier lieu dans la musique par l’ultra-personnalisation. Je veux que ce que je fasse me ressemble au maximum. Je refuse le formatage. J’aime aller au bout de ce que j’imagine. Le plus satisfaisant dans un clip, c’est que tout le monde visualise ce qu’on a imaginé. Le procédé du clip n’a qu’un inconvénient : le délai entre le moment où on l’a conçu et celui où on peut le voir. Ce clip-là a pris trois semaines de post-production, a nécessité deux graphistes (un la journée, un la nuit). J’étais là-bas 20 heures par jour, je dormais sur le canapé, j’ouvrais un œil pour voir où on en était… La première semaine après la touche finale, ça été l’extase. J’ai montré le clip à tous mes potes, et puis, maintenant, je me suis calmé. Je pense au suivant.

Quelles erreurs ne comptes-tu pas reproduire ?

Je sais que je vais refaire les mêmes erreurs.

Ça arrive tant qu’on n’est pas passé par le divan.

Je vais me mettre à l’analyse. Désormais, je me rends plus vite compte de mes erreurs. Je ne m’y enferre pas. Anticiper l’erreur, me dire « plus jamais ça », là, non. Et puis, je crois qu’il n’y a pas vraiment de plantages complets, d’échecs. Il faut les transformer en points forts, se construire sa vie d’adulte avec. Je ne suis, ni assez vigilant, ni assez malin pour éviter les pièges. Maintenant, je sais cependant comment me sortir rapidement de la merde.

Le single Apprends la patience est-il autobiographique ? Y a-t-il eu un moment où tu aurais préféré que les choses se produisent moins vite ?

Oui, le single est autobiographique, mais pas pour ces raisons-là. Niagara n’a pas démarré trop vite. Muriel et moi avons mis trois ou quatre ans à percer. On a ramé, on venait en stop à Paris présenter nos maquettes aux maisons de disques, on dormait par terre chez des potes, on n’avait pas de sous pour manger au point qu’on devait revendre nos vinyles… Quand le succès est arrivé, on était prêts, et comme on avait connu la galère, on n’a pas pété les plombs. Même si j’emploie « tu » dans Apprends… et que je tourne cette chanson en conseil d’ami, j’y aborde des questions que je me pose. Je dis des trucs comme « est-ce que tu te bats jusqu’au sang ? » ou « est-ce que tu crois encore aux miracles ? », et je me demande si c’est bien mon cas.

Il y a d’ailleurs beaucoup de questions soulevées dans cet album…

Je crois que je pense sérieusement à l’analyse. Je viens de fêter mes 40 ans il y a 10-15 jours et à 12-13 ans, j’ai commencé à m’intéresser à Freud. J’ai beaucoup d’amies en analyse, aussi. Au départ, je rejetais un peu cette idée, je craignais que voir un psy allait trop m’équilibrer et me faire perdre l’inspiration. J’ai cru comprendre qu’en fait, ça va m’aider à voir plus clair. Si je dois perdre mon inspiration car ma motivation d’artiste était fondée sur un vrai déséquilibre, tant pis. Le voyage intérieur de l’analyse m’intéresse trop.

Au milieu des notes de pochette, une remarque m’a particulièrement intriguée : pourquoi ces remerciements à la Maison du Chocolat ?

A chaque fois que tu manges une de leurs productions, n’as-tu pas envie de les remercier ? Il y a de la poésie et de l’art dans tout, le fabricant de ces chocolats est un artiste. Je suis très gourmand. Si je ne fais pas attention, je pourrais imiter Elvis à Las Vegas d’ici quelques années. Il a ses fans, ceci dit. Et puis, Vegas c’est très chouette à condition de ne pas s’y attarder.

Cet album regorge de touches électroniques…

J’ai toujours alterné des périodes électriques avec des phases électroniques. Quand j’avais 15-16 ans, j’adorais Tangerine Dream, Kraftwerk. Après, le punk m’a replongé dans l’électricité. Avec la new wave, retour à l’électronique. J’ai acheté mon premier synthé au début des années 80 et le premier Niagara était essentiellement constitué de boîtes à rythmes, programmations et séquencers. Après, nous sommes repartis vers l’électrique et me voilà aujourd’hui à nouveau dans l’electro. Je pense que la musique en général fluctue entre ces deux pôles. Et moi, je m’inspire de tout ce que j’entends.

Ta vision du monde est-elle résumée dans Monde infernal ?

Oui. On a tendance à se protéger contre la solitude en s’entourant de gadgets électroniques, d’écrans notamment : on peut s’abrutir de télé ou de jeux vidéo. J’ai tendance à faire ça, à regarder la télé la nuit, à me connecter sur Internet, à jouer sur ma PlayStation.

Si le temps de l’insouciance a l’air bien fini, il reste une chanson comme la coquine Embrasse pour ramener une bouffée de fraîcheur…

J’adore embrasser, c’est aussi simple que ça. Le baiser, à mon avis, est plus important que le sexe. C’est un dialogue avec quelqu’un, un échange.

Et la moustache dans tout ça ?

Tu viens de toucher un point sensible. Les filles trouvent que ça pique.

A quand la tournée ?

Je n’en sais rien, mais j’ai construit les arrangements du disque afin que quatre musiciens puissent les interpréter.

Comment vis-tu aujourd’hui ?

Je vois des amis. De préférence en tête à tête. J’aime bien pouvoir les écouter, passer vraiment du temps avec eux. Tiens, ce qui est drôle dans une interview, c’est cette impudeur totale, le fait de se livrer à un ou une inconnue, de lui dire ce qu’on aurait du mal à confier à son ou sa plus proche ami(e). J’assimile un peu ça à une forme de thérapie. A part ça, j’adore aller au cinéma. Je viens de voir Another day in paradise, qui est très bien, très réussi.

Propos recueillis par


Lire la critique de « Hypnose », 2e opus solo de Daniel Chenevez

PARTAGER
Article précédentLes Silencieuses
Prochain articleLes Amants criminels