PARTAGER
0
sur 5

Yasumasa Morimura expose à Paris, du 6 décembre au 10 janvier, ses autoportraits de stars.

Brigitte Bardot est un homme et il s’appelle Yasumasa Morimura. Une peluche à la main, un chapeau de paille sur la tête, BB-Yasumasa s’affiche pulpeuse. Du genre de celles que les adolescents des sixties rêvaient d’imiter.

C’est de différences que cette exposition parle : homme-femme, femme-homme. Les portraits de Yasumasa Morimura sont le témoignage de l’androgynie de cette fin de siècle où l’on peine à distinguer la vérité des formes et des sexes. « C’est dingue ! Je sais que c’est un mec mais ça me ferait presque bander » dit Karim, jeune visiteur enthousiaste.

46 ans, ce Japonais a gardé une ligne de petite collégienne en jupe bleue et socquettes blanches. Ce qui lui permet de se prendre pour la Marylin de Sept Ans de réflexion, de jouer à Marlène ou à Sylvia Kristel. Singées, malmenées, les actrices et les mannequins sont ses proies. Yasumasa Morimura renoue avec l’esthétisme des estampes japonaises revisitées dans les mangas de Yashimita, ou le héros Te-Tsuo assassine des hommes travestis en stars d’hollywood.

Eloi, plombier de 32 ans juge l’artiste : « il est pas très sain, ce gars-la. » Pour Myriam, sa copine, « Ca se voit grave aux pieds que c’est un mec ».

Fabrice Hoss

Jusqu’au 24 janvier
Galerie Lelia Mordoch 40, rue de Seine, Paris 6e
Tél : 01 46 33 29 30