PARTAGER
0
sur 5

Dans le « spécial mode couleur de printemps » que nous vous offrons ce mois-ci, les photographies et collages de Blumenfeld et Brodovitch représentent le must des années d’après guerre. Le destin (ici, le talent et le magazine new yorkais Harper’s Bazaar) a réuni ces deux immigrés. Le premier est né juif, à Berlin. La Hollande et Paris seront ses planches de salut artistique dans les années d’avant-guerre. Le second, d’un an son cadet (1898) est pétersbourgeois, bien vite installé à Paris après la révolution de 1917. Tous les deux artistes, peintres et photographes, ils s’orientent vers l’art commercial, et New York sera leur terre promise.

De 1934 à 1958, Brodovitch est directeur artistique du Harper’s Bazaar, auquel Blumenfeld va régulièrement collaborer. Les femmes acidulées, fatales, absolues, les épures de visage féminin qui donnent si fort l’impression du désir, c’est à eux qu’on le doit. Ils orchestrent une certaine libération de la femme, prise dans la société de consommation (le prêt-à-porter) et dans l’affirmation de sa sensualité, le tout restant très éloigné des canons de vulgarité qui marqueront une autre idée de la libération de la femme, plus tard. C’est le New Look de Dior qui tisse sa toile.

L’exposition a le mérite de rendre à ces deux artistes la place qu’ils méritent de tenir dans le siècle, entre le Bauhaus et le Pop art de Wharhol. Ils font de la femme le support de leur esthétique ; elle est proprement magnifiée chez Blumenfeld, alors qu’elle apparaît beaucoup plus symbolisée, silhouettée, chez Brodovitch. Chez le premier la femme est exaltée, c’est la recherche de la plus émouvante qui semble primer. Le travail de Brodovitch se caractérise davantage comme le désir de la féminité comme idée. La chair contre l’esprit en quelque sorte. La revue a dominé la mode pendant une vingtaine d’années : c’était peut-être cet alliage subtil qui assurait son succès, cette compréhension totale de la femme chez ces deux créateurs complémentaires.

(Photo : Marlène Dietrich par Erwin Blumenfeld)

Jusqu’au 17 mai 1998
Maison européenne de la Photographie
5-7 rue de Fourny, Paris 4e
Renseignements : 01 44 78 75 00
Du mercredi au dimanche, de 11h à 20h

Tarifs : 30 et 15 F