PARTAGER
0
sur 5

Chaque année, nos « chers disparus » sont à l’honneur, le temps d’une exposition, d’une rétrospective ou d’un soupir. C’est une façon de nous rappeler qu’ils auraient eu cent, deux cents ou cinq cents ans, si le bon Dieu n’avait pas fait de l’Homme un simple mortel. Une fois les festivités terminées, on remet les lauréats dans l’album aux souvenirs, où ils attendront cinquante ou cent ans que leur tour revienne. Quelques-uns cependant échappent à ce dernier protocole.
Prenez par exemple Bertold Brecht. En voilà un qui, une fois la fête finie, doit tranquillement regagner son poste d’observation sur les hauteurs du Mont Olympe, d’où il surveille depuis quarante-deux ans sa côte de popularité et sa place au hit-parade des ventes d’œuvres littéraires.
Qui l’oublierait ? Encensé, vilipendé, il n’a cessé de faire parler de lui depuis soixante ans. Parfois à tort et à travers. Chacun y est allé de sa thèse et de son antithèse brechtienne ; de nombreux metteurs en scène se sont réclamés de lui ; quelques-uns l’ont déclaré « pipeauteur de première », un universitaire a même poussé le bouchon jusqu’à l’accuser de malversations littéraires. Les vieux démons du lynchage des idoles sont toujours prêts à resurgir ! Que Brecht ait été, comme l’affirmait Thomas Mann « un être abominable mais bourré de talent », c’est possible… Contentons-nous d’admirer l’œuvre de celui à qui le Goethe Institut rend hommage, au travers d’une exposition qui nous donne l’occasion de retrouver l’homme au cigare photographié sous toutes les coutures en 1927 par Konrad Ressler ; et de mesurer, au travers d’une quantité impressionnante de documents, l’importance qualitative et quantitative d’une œuvre multiforme qui n’a pas fini de fasciner.

Tambours dans la nuit et La Noce chez les petits-bourgeois de Brecht, mis en scène par Georges Lavaudant, sont à l’affiche de L’Odéon en ce moment. Voir la rubrique « sortir/planches » dans le prochain numéro de Chronic’art.

Anne Calmat

Goethe Institut
17, avenue d’Iéna – Paris 16e
Renseignements : 01 44 43 02 30
Jusqu’au 27 juin 1998