PARTAGER
2
sur 5

Quelle drôle d’idée que cette collaboration entre Tortoise, post-rockeurs d’élite que l’on ne présente plus, et The Ex, légendaire conglomérat punk néerlandais. C’est l’initiative du label indépendant batave Konkurrent. Le principe, si on l’accepte, est simple. Les gens de Konkurrent contactent des groupes qui les intéressent et qui vont tourner en Hollande, et le deal est le suivant : 2 jours de studio, un 24 pistes, et une petite demi-heure de musique à créer, de façon totalement libre.
Sur ce coup-là, sans être n’importe quoi -ce sont deux formations qui ont l’habitude d’utiliser assez largement l’improvisation comme mode de composition, ça ne prend pas vraiment.

Six titres un peu bizarres où l’on reste partagé entre l’énergie que semble vouloir dégager The Ex, et le côté posé -« asseyons-nous et bossons »- de Doug McComb, Parker et consorts. Sur Pleasure as usual, on n’est quand même pas loin de se faire chier -batteur dérangé à l’idée de « déranger » les créateurs, basse paresseuse, guitares anorexiques et lyrics verbeux tendance « je-sais-pas-du-tout-où-je-vais-comme-ça ». Huge hidden spaces, pareil. Ce sont les risques de l’impro, me direz-vous. Oui, mais dans ce cas-là, on n’en fait pas un disque.

D’un autre côté, sur d’autres titres -on pense notamment à The Lawn of the limp ou Did you comb ?-, ça se justifie nettement plus. Les différentes parties jouées s’articulent tant bien que mal pour créer une entité sonore au pire intrigante, au mieux captivante. Bien sûr, le disque est à déconseiller aux amateurs de grand confort d’écoute et de « qui sonne joli aux oreilles ». Au final, on hésite constamment entre happening musical branché et kidnapping de l’auditeur. La situation étant tout de même assez inconfortable, on optera pour l’oubli, en attendant de nouvelles aventures plus convaincantes pour ces deux groupes.