PARTAGER
5
sur 5

Honneur aux demoiselles, avec ce deuxième album de Khalea Maricich, le premier bénéficiant réellement d’une sortie digne de ce nom. On l’avait repérée en compagnie de son amie Mirah sur les disques de Kyle, de Little Wings et de Calvin Johnson, patron de K Records. Cet opus est ouvertement le disque le plus ingénu et frais de l’année 2002, révélation de la jeune Amérique du Nord Ouest, blonde et féminine. Fille lunaire de Jonathan Richman, Khalea délivre ici des comptines d’une sensualité toute nabokovienne, à l’image de Little Sally tutorial qui devrait faire un tabac dans les cours de récréation des grands. Jet ski accident, écrit par son camarade Wolf Colonel, reste pour nous la chanson la plus lumineuse de l’année, avec ses intonations lascives et sa boîte à rythme de chambres de filles. Avant cela, la bossa minimale de Watch the water roll up invite à oublier à jamais la nuit et à regarder pour toujours le nombre des étoiles dans ses yeux. Oui, Khaela est la jeune fille de 26 ans la plus charmante d’Amérique. A suivre assurément.

Passons aux garçons : troisième album du guitariste chicagoan Dan Sullivan, membre émérite de Songs : Ohia, Iron night possède un crescendo émotionnel rare, souligné par des cordes très ingénieuses. Les avancées électriques sont beaucoup moins impressionnantes que la mélancolie acoustique de Return again too soon, une des plus belles chansons secrètes de l’Amérique actuelle, bande-son de la route qui mène de Louisville à Nashville. A l’instar de David « Papa M » Pajo, en marge aujourd’hui définitive de Will Oldham, Dan « Nad » Sullivan fait de même avec Jason Molina, dont il a pleinement épousé les postures folk rock, ballades claires et morceaux plus byrdsiens. Son parcours reste également à surveiller, alors que Secretly Canadian publie ces albums en mains propres, le front haut, venant de signer un accord de distribution française avec Chronowax, ce dont on se réjouit enfin, car il n’est jamais trop tard pour découvrir la grande musique américaine secrète.