PARTAGER
3
sur 5

Quand bien même ça n’est pas un argument valable, l’exposé de la liste des musiciens avec lesquels Roy Haynes a joué est étourdissante (on en citera seulement trois, on en aura déjà dit beaucoup : Bird, Miles et Trane) ; cela fait cinquante ans maintenant que le roi Haynes (Jean-Pierre Moussaron s’excusa en son temps de ce calembour) règne sur le jazz contemporain, signant aujourd’hui son 21° album en tant que leader – le troisième pour le label français Dreyfus. Le titre vient d’une écoute très personnelle d’un fameux succès des années 70, Morning has broken, deYusef Islam alias Cat Stevens : « J’ai entendu un jour un DJ passer cette chanson et dire juste après : praise (…) Praise for the new day : un cantique ancien que ma mère avait l’habitude de chanter, et ça m’est resté« . Entre les ballades pleines de vie (The touch of your lip) et les mélodies répétées à l’envi (After sunrise, avec cet obsédant côté ethnique – Daniel Moreno y tient les percussions), entre un passage par Israel (réminiscence de la participation du batteur au groupe de Miles Davis en 1949) et un détour par Birdland (My little suede shoes) en duo avec Kenny Garrett, la gamme des tons et des tempos est admirablement déclinée. Roy Haynes, fougueux, sur des rythmes souvent complexes entretenus avec le contrebassiste Dawyne Burno, motive l’énergie des souffleurs ; Dave Kikoski, au piano, est plus que jamais admirable (un très, très grand musicien, c’est clair). Reste à lire l’amusante anecdote contée par Ken Micaleff dans les notes de pochettes, et à s’exclamer en écoutant Praise : Haynes for president !

1) Mirror mirror (Chick Corea) – 2) After sunrise (S. Neto, O. Neves) – 3) Israel (John Caristi) – 4) My little suede shoes (Charlie Parker) – 5) The touch of your lips (Ray Noble) – 6) Inner trust (David Kikoski) – 7) Morning has broken (traditional) – 8) Blues on the corner (McCoy Tyner) – 9) Shades of Senegal (Roy Haynes)

Roy Haynes (dm), David Sanchez (ts), Kenny Garrett (as), Graham Haynes (tp), David Kikoski (p), Dwayne Burno (b), Daniel Moreno (perc). Enregistré à Brooklyn les 3, 4 et 5 mai 1998