PARTAGER
4
sur 5

Après l’hispanisant, les musiciens de Labradford se mettent au langage technoïde. Avec son titre dans la vague du minimalisme actuel, le duo signifie aussi une prise de risque attendue depuis leurs deux derniers albums, Mi meia naranja et E luxo so, plaisants mais trop rassurants. Finie donc l’époque des longs drones trop lisses pour être honnêtes, place à un vocable plus savant, bizarrement plus technoïde, mais toujours aussi ambient. Les options prises par le duo magique Carter Brown (synthétiseurs) et Mark Nelson (guitare) relèvent d’une volonté de retourner à leurs premières sonorités, plus sèches, machiniques, comme dans le magnifique album pour le label Kranky, Präzision, sorti en 1992 dans l’indifférence presque générale.

Et le minimalisme, marque de fabrique de leurs travaux depuis déjà bien longtemps, n’en est que réaffirmé. Si E luxo so nous ramenait aux climats doucement transversaux d’un Pascal Comelade, Fixed::Context marque une radicalisation sensible du discours tenu. Les ombres plus inquiétantes d’Arvö Part (un classique d’ECM) ou de Satie passent lentement dans l’horizon musical de plus en plus plombé de Brown et Nelson. Les croisements harmolodiques, tout en drones, s’effectuent sur fond de bruits blancs. Et si les synthétiseurs old-school sont toujours bien présents, ils n’envahissent plus l’espace sonore. Cette épure qui caractérise leur travail récent constitue un écho parfait aux travaux de Pan American, projet solo de Mark Nelson ; un projet qui lui avait surtout permis de s’affranchir des accents trop post-rockeux de son duo pour revenir à une simplicité quasi jazz mêlée de dépouillement électronique. Il ne faut pas pour autant juger la musique de Labradford trop vite : si le propos se fait plus aride, il n’en est pas pour autant bêtement radicalisé. Labradford, duo trop vite posé dans le grand fourre-tout bordélique du post-rock, n’a de cesse d’affirmer son chemin musical en se distinguant progressivement de ses compagnons de route anonymes. Fixed::Content marque leurs premiers pas en dehors du système fermé du no-star system du petit milieu électronique américain.