PARTAGER
4
sur 5

La Fondation, division du label Pamplemousse, édite depuis 2001 de nombreux opus de battle breaks et autres productions de Dj renommés et de metteurs en sons variés, comme en témoignent les dernières livraisons de l’excellent Dj Troubl’, que l’on retrouve d’ailleurs ici sur une des tranches musicales de ce Battle weapons Vol. 1. Sur ce disque au packaging très séduisant (on retrouve des caps de bombes mises en forme par Rachel Fleur & Ludo pour H5), Gazoline aka Yoann aka Monsieur X produit des portions musicales dont les beats duvetés sont bardés de scratches propagés par plusieurs plumes du turntablism des quatre coins du globe (le très sombre Bad dream invite par exemple un crew de Djs de Denver : The Dojo). Le disque place une dizaine de titres avenants, qui ondulent entre breakbeats calmes et instrumentaux barbouillés. Le point commun et le noyau central étant bien sûr le scratch… On citera LF Posse par exemple, où le rythme engage des sons purifiés que Dj Matsa s’empresse de recouvrir de filins scratchés extrêmement bien maîtrisés (on pense ici à Q-Bert). Un track qui fait bien démarrer le disque, se fait virevolter par des sonorités de sirènes perturbatrices et narcotiques. Puis les ambiances changent comme les scratches qui égrènent leurs perturbations sonores dans tous les sens. On savoure aussi les effluves de Lil’Mike qui donne dans le synthétique sur le très doux It’s my file (produit par Aerodrink)… Dans la même veine (légèrement lounge), on sirote tranquillement la prod de DI’ Fekt sur We came in peace, un morceau qui permet aux scratches de Gasoline de déstabiliser l’auditeur, naviguant entre un sample de voix féminine et un breakbeat volubile. Du travail d’orfèvre, qui paraît simple, mais dont la recette s’avère bien plus complexe qu’il n’y paraît. En atteste la superbe routine de Dj Troubl’ sur Spasmodic dance (du 100% turntablism, qui permet à Troubl’ de remporter le Allstarbeatdown en 2002 avec une légendaire routine complète à l’éclat épuré). Un titre qui commence sur des grésillements, pour ensuite déblayer les tympans à coups de (break)beats et des voice-samples éparpillés à foison. Le travail de Troubl’ est surélevé ici grâce à un travail de chirurgien, qui met en avant les décalages de breaks. De fait, le son caresse les oreilles et ses scratches se (dé)placent ici comme des fluides se réchauffant au contact des doigts du metteur en son. On saluera l’initiative de Pamplemousse de sortir de ses placards un tel petit bijou, qui nous fait surgir en fin de track un voice-sample de Beatnuts, laissant ensuite la place à des breakbeats old school du plus bel effet. Sûr qu’on attend avec impatience les prochains produits Made In Troubl’…

Très doux et en même temps plutôt subtil et bien affûté, Battle weapons in Vol. 1 fait voguer l’auditeur sur des mers mouvementées, habillées de sonorités veloutées qui accompagnent des scratches partenaires d’arrangements minutieux. Les amateurs du Kakuseï de Dj Krush seront ravis. La Fondation nous livre ici un bon disque de hip-hop instrumental, qui joue avec le turntablism de façon naturelle, en gardant suffisant de candeur pour séduire sans en faire trop.