Impossible de ne pas penser, en ouvrant la pochette, aux disques en duo qu’a enregistrés jadis Jim Hall avec Bill Evans, Undercurrent (1959) et Intermodulation (1966), tant on sait combien Enrico Pieranunzi admire le maître américain et cultive son héritage dans son propre jeu de piano. Qu’on ne s’attende toutefois pas à une sorte d’hommage à ces albums cultes : enregistré en septembre 2004, Duologues met les standards à l’écart, les deux musiciens se concentrant pour partie sur des compositions originales (Dreamlogue de Pieranunzi, Careful de Hall), pour l’essentiel sur de passionnantes courses-poursuites improvisées qui, souvent, confinent à l’abstraction. Sous bien des aspects, ces Duologues à l’architecture complexe et aux raffinements extrêmes ont l’allure de morceaux pour musiciens ; il faut souvent s’accrocher pour décrypter leurs richesses derrière des dehors parfois abrupts, encore que certains morceaux (le magnifique From E. to C. du pianiste) séduisent plus immédiatement et, pour le coup, rappellent les Intermodulations sixties de Hall et d’Evans dans l’imbrication parfaite entre guitare et piano, le sens du partage des rôles, l’élégance royale de deux musiciens à l’esthétique sobre et épurée, dont la parfaite maîtrise technique n’est jamais exhibée pour elle-même. Pour le reste cependant, c’est à une joute impressionnante que l’on assiste, avec ses chausse-trappes, ses questions, ses échanges remarquables d’intelligence et, aussi, ses sinuosités parfois labyrinthiques et ses difficultés non résolues. A ce titre, le graphisme de la pochette est assez fidèle à l’esprit du disque (consciemment ou non, d’ailleurs) : Hall et Evans assis sur un dallage bicolore gigantesque, comme deux pièces dans un grand jeu d’échecs. Pour n’être pas le plus facile, ce disque n’est assurément pas le moins original des nombreux enregistrements de Pieranunzi parus ces derniers mois, le dernier en date étant un admirable Live in Paris en compagnie de son trio « européen » (avec Hein Van de Geyn et André Ceccarelli) ; Jim Hall, lui, double la mise avec un disque en compagnie du jeune pianiste américain Geoff Keezer, Free association. Faites votre choix.

Article précédentCoffret Les Groupes Medvekine
Prochain articleKool Keith – Collabs tape