PARTAGER
3
sur 5

A force de lire son nom sur les pochettes de disques des autres, on avait presque fini par oublier, que l’habile Howie B. était avant tout un musicien à part entière. Pas simplement le génial bidouilleur capable de donner un son actuel aux opportunistes U2, ni uniquement le remixer attitré de Björk, mais bien un artiste capable de travailler sous son propre nom. Voici donc Turn the dark off, collection inégale de douze titres électroniques, dans lesquels on retrouve toute l’atmosphère rythmique et sonore de cet Écossais passionné de samples et de beat directement importés du Hip-Hop. L’album síouvre sur Fizzy In my mouth et Hopscotch, saccadés et hypnotiques à souhait avant d’enchaîner sur des titres moins essentiels, plus flemmards, comme le répétitif Score Brown Eyes. Il faut en fait attendre Limbo, jolie ballade bluesie toute en nappes synthétiques juxtaposées, et surtout l’hyper-dynamique Angel go Bald : Too, avec son impressionnante basse et son allant disco-techno pour écouter le meilleur de Howie B. A l’écoute de ces deux titres phares, on regrette d’autant plus que l’ensemble de Turn the dark off ne soit pas aussi inventif et percutant. Le talent de Howie B. est bien là, mais semble parfois étouffé sous le carcan de la facilité.