PARTAGER
4
sur 5

Hervé Meschinet (as, fl), William Lecomte (p, synth), Christophe Le Van (b, cb), Umberto Pagnini (d). Enregistré à Paris (date non précisée).

Il est des rencontres que seuls les sceptiques peuvent croire fortuites : Paul Desmond et Dave Brubeck, Wayne Shorter et Joseph Zawinul ou bien Bill Evans et Scott LaFaro. Celle d’Hervé Meschinet et de William Lecomte, en 1991, est de celles-là. Flûtiste classique de formation, Hervé Meschinet découvre le saxo à l’âge de vingt ans et s’initie au jazz dans cette pépinière de talents qu’est Salon de Provence. Avec le pianiste William Lecomte, le provençal Christophe Le Van et le vénitien Umberto Pagnini, il monte un quartette dont Cannonblues est le premier enregistrement.

Hormis un Chelsea Bridge remarquablement arrangé par William Lecomte, l’album se compose de thèmes originaux parmi lesquels on remarquera les délicieuses œuvres de Jean-Bernard Eisinger. Le tout s’inscrit principalement dans une veine d’inspiration bop. Le thème qui donne son titre à l’album est bien sûr un hommage au grand saxophoniste alto Julian « Cannonball » Adderley. Soutenu par une section rythmique parfaite, Meschinet développe des chorus pleins de fougue, parfois flamboyants (Espalion). Il nous montre l’étendue de sa technique à la flûte, particulièrement sur le magnifique thème de Jean-Bernard Eisinger Starbright Starlight. Superbes thèmes, formation très cohérente, énergie à revendre, un très beau début pour ce quartette à suivre de près.