PARTAGER
5
sur 5

La première bonne nouvelle du troisième millénaire : Eddy Louiss continue son bonhomme de chemin au gré des détours et désirs de son petit monde personnel et donne aujourd’hui ce qui restera sans doute comme son meilleur album… depuis le dernier. Ses aventures à la tête du Multicolor Feeling, ce bouillonnant orchestre formé au milieu des années quatre-vingt et augmenté d’une fanfare quelque temps plus tard, nous apparaissaient déjà comme les plus séduisantes d’une carrière exceptionnelle où chacun privilégiera sans doute une époque différente. Il faut dire qu’Edouard Louise, parisien de naissance et martiniquais d’ascendance, a plus d’une touche à son orgue : des bœufs avec Jenny-Clark et Romano aux harmonies des Double Six, d’un premier disque avec Humair et Sonny Grey aux sommets du trio HLP (Humair, Louiss, Ponty), avec Getz ou derrière Nougaro, seul aux commandes (Sang mêlé) ou face à l’ami Petrucciani, aucun registre ne lui aura été étranger. Le voyage continue aujourd’hui sur les routes ensoleillées du groove inoxydable et des couleurs afro-caraïbes qu’il concocte depuis quelques années déjà : voici le Récit proche de ses pérégrinations musicales, neuf thèmes lumineux, inventifs et essentiels qu’on sifflote irrésistiblement à la deuxième écoute et dont il fait les rampes de lancement de ses improvisations.

Paco Séry et Julio Rakotonanahary sont bien sûr à leur poste : batterie polychrome et basse électrique tellurique font claquer des doigts et donnent le tempo aux complices souffleurs Xavier Cobo (ténor) et Daniel Huck (alto), rejoints pour le coup par l’impeccable guitariste Jean-Marie Ecay. L’équipe est au complet, le navire lève l’ancre : dès les premières notes se mettent en place les couleurs si particulières de l’artiste Louiss, auteur de huit compositions sur neuf (l’autre se trouvant être une version pas forcément indispensable de Summertime). Le dépaysement est immédiat, et l’on a le plaisir de retrouver notre homme au piano (Au soleil avec toi), cependant que les rythmes bien balancés se déroulent et que la paire cuivrée fait montre d’une pêche irréprochable. Les climats se suivent et s’entrecroisent, blues ou funk, soft rock (la touche Ecay fait merveille) ou Caraïbes : faut-il en dire plus ? Tout Eddy Louiss est là, monstre de musique à la sensibilité à fleur de peau, dans cette mosaïque multicolore savoureuse. Récit proche : le genre d’histoire qu’on aime réécouter à l’infini.

Eddy Louiss (org, p), Xavier Cobo (ts, fl), Daniel Huck (as), Paco Séry (dm), Julio Rakotonanahary (elb). Enregistré en France en avril 2000.