Tout s’accélère, sur le front de la rentrée. Les prix tombent, les listes aussi. Dernières nouvelles, en direct de la zone de combat.

Un jeune homme prometteur
« Un jeune homme prometteur », oui, c’était le titre, culotté, du (bon) premier roman de Gautier Battistella, il y a quelques mois. Dans le genre, le fort doué Miguel Bonnefoy, déjà récipiendaire, avant même ses débuts officiels, du Prix du Jeune Ecrivain, vient de recevoir le Prix de la Vocation, pour son roman Le voyage d’Octavio (Rivages), paru en début d’année. On devrait entendre parler de lui (et l’entendre, lui : il a un bagout terrible) dans les années à venir.

Pendant ce temps, au Monde
Le Monde, ça y est, a décerné le sien, de prix. C’est Agnès Desarthe qui l’emporte, pour Ce Cœur changeant (l’Olivier). Et ? Eh bien, et rien. Sinon, Michel Houellebecq a fait savoir qu’il attaquait le journal pour violation du droit d’auteur et du secret de la correspondance, suite à la fameuse série d’Ariane Chemin. « Quand lui contrarié, lui toujours faire ça ».

Pendant le même temps, à Nancy
Mathias Enard, lui, reçoit le Prix des Libraires de Nancy-Le Point, pour Boussole (Actes Sud). Question : y aura-t-il assez des 589 romans de la rentrée pour tous les prix à décerner cet automne ?

Listes de prix, suite
Après le Goncourt, le Renaudot dévoile sa liste. Elle est copieuse : 18 romans ! On retrouve les vedettes de la rentrée (Liberati, Dantzig, Boltanski, Desarthe, de Vigan, Zeniter, Sansal), mais aussi Jaenada, Arnaud Le Guern, Jérôme Leroy, Franck Maubert. Notre avis n’intéresse personne, mais on vote pour un challenger, par principe. Côté essais, 8 livres sont en lice, dont le beau Retour à Duvert de Gilles Sebhan (Le Dilettante, mais il ne sort qu’en octobre), deuxième livre de l’auteur sur Tony Duvert.

Un peu de sagesse, maintenant
Avec cette citation : « L’écriture d’Amanda Sthers coule comme un ruisseau la nuit, laissant filer une eau noire pour mieux surprendre par ses fulgurances » (Christophe Barbier, L’Express).

Listes de prix, suite
Ça ne finira donc jamais ! Voici le Médicis, à présent : une liste moins convenue que les autres, ce qui change un peu. Certes, on y retrouve Delphine de Vigan, Sophie Divry, etc. ; mais aussi Hédi Kaddour, Alain Defossé, Fabrice Loi, entre autres. Et Dantzig, dont ce n’est pourtant pas, loin s’en faut, le meilleur livre. La sélection française est assortie d’une jolie sélection étrangère, où nous votons, euh… Cercas, tiens. Là-dessus, paf ! Arrive celle du Décembre. Las : Christine Angot y figure, naturellement. De même, surprise, que Jean-Michel Delacomptée, pour son Adieu Montaigne. Why not. Pierre Maury, qui nous fait parfois l’honneur de nous lire, relève avec finesse que la littérature sur la littérature tient le haut du pavé dans cette liste (Delacomptée, sur Montaigne ; Sebhan, sur Duvert ; etc.) Notons au passage qu’y figure aussi l’Autre Simenon de Patrick Roegiers, célébré partout alors que ce n’est pas, là non  plus, son meilleur. M’enfin, comme dit un autre belge, Gaston. Nous votons, dans cette liste, pour Michaël Ferrier (Mémoires d’Outre-mer, Gallimard ; il a ses chances, d’ailleurs, étant paru chez Sollers).

Le style, aussi
Ah, et puis tant que nous y sommes, et pour la satisfaction d’être complets, voici la liste du prix du Style, toujours animé par le sympathique Antoine Buéno, imbattable quand il s’agit de faire parler (souvenez-vous de son excellente manœuvre consistant à vendre le prix sur Internet, pour le relancer). Binet, Chalandon, Mabanckou, pour les stars. Enard. Pierre Deram, Jérémy Fel. Reverdy. Verdict le 24 novembre. D’ici là, bien des choses vaudront, ou pas, qu’on en dise un mot dans ces pages…

A suivre…

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here