PARTAGER
4
sur 5

Pandora, c’est l’histoire d’une compagnie de théâtre fondée en 1974 par Brigitte Jaques et François Regnault, qui venait alors de traduire pour elle L’Eveil du printemps de Frank Wedekind. L’Eveil sera la première mise en scène de Brigitte Jaques et le prélude à un long parcours, dont la dernière (et non ultime) étape est ce Dom Juan de Molière (avec Redjep Mitrovitsa dans le rôle-titre), qui sera à l’affiche de La Maison des Arts de Créteil en janvier 2000, puis l’Odéon Théâtre de l’Europe en avril (le spectacle a été créé en novembre 1998 à la Comédie de Genève). Quelques camarades au destin magnifique participaient à l’aventure : Philippe Clévenot, Jean-Baptiste Malartre, Jany Gastaldi… On les retrouvera régulièrement, ainsi qu’un bon nombre d’autres comédiens (Eric Vigner, Denis Podalydès, Madeleine Marion, Marie-Armelle Deguy…), tout au long du parcours artistique de la Compagnie Pandora.
En couverture, Maria de Medeiros, photographiée en 1988 par Claude Bricage. Elle incarnait alors, aux côtés de Redjep Mitrovitsa, Claude Bouchery, Marie-Armelle Deguy, etc., le rôle de la princesse Sophonisbe dans la tragédie homonyme de Pierre Corneille, sublimée par Brigitte Jaques.
Quelques pages plus loin, Maria de Medeiros est Elvire dans Elvire Jouvet 40. On la découvre, attentive aux directives que lui donne Philippe Clévenot, qui endosse avec génie la défroque du Patron dans ce spectacle qui demeure l’un des grands moments de la saison théâtrale 1986-1987. Un chapitre entier, illustré de magnifiques photographies en noir et blanc, donne au lecteur toutes les informations sur le texte (avec citations à l’appui), sur son contexte historique, sa scénographie et sur les sentiments que l’œuvre a suscités chez celle qui l’a mis en scène.

Il en sera de même pour la trentaine de spectacles qui sont présentés et abondamment illustrés (3 à 5 photographies par sujet) dans cet album, dont il convient de souligner la conception graphique aérée et limpide. La plupart ont été mis en scène par Brigitte Jaques : Partage de midi, La Nuit de l’Iguane, La Place Royale, Mme Klein, Angels in America… d’autres l’ont été par des créateurs comme Eric Vigner (La Pluie d’été, Le Jeune homme…), Claude Stratz (L’Ecole des mères, Les Acteurs de bonne foi), Aurélien Recoing (Faust), Bernard Bloch (Tue la Mort, Gouttes d’eau dur pierres brûlantes), ou par Christian Schiaretti, à qui l’on doit la série des Ahmed.

Un texte de François Regnault court de la première à la dernière page comme un immense Jeu de l’Oie dont le proscenium serait l’aboutissement. Quatre lignes, écrites en gras, occupent la partie médiane de l’ouvrage et composent une sorte de journal de bord dans lequel le cofondateur de la Compagnie Pandora livre, pour chaque nouvel épisode de cette aventure théâtrale aux itinéraires variés et souvent entrelacés, ses réflexions littéraires, artistiques… ou tout simplement logistiques.
Un florilège de photographies en couleurs referme ce livre d’images et de mots, et que l’on savoure comme un roman d’aventures.