PARTAGER
3
sur 5

Salut les enfants, voici un récit, au jour le jour, de ce qui s’est passé à Pancevo, petite ville à une vingtaine de kilomètres de Belgrade, pendant que les « pays civilisés » -vous savez, ceux qui se situent du côté des Droits de l’homme, forcément de tous les hommes, forcément- bombardaient la Serbie et le Kosovo. Relayée par la douce voix des représentants de l’OTAN, les médias, notamment en France, vous ont tout dit sur ces bombardements, ces belles frappes chirurgicales, tous les objectifs militaires atteints, et la cible civile dont ces pays ne devaient faire qu’une bouchée, M. Milosevic en personne (un correspondant sur place nous assure qu’il continue à bien manger) ; on a même entendu parler d' »utilité » de ces opérations. Sans rire. Il est vrai que nul ne pourra remettre en cause l’extrême compétence des gouvernements et des militaires lors de ce conflit situé à deux pas de chez nous (faut vraiment être parano pour penser qu’il y avait un stock de bombes à utiliser rapido avant le bug de l’an 2000, où d’autres formes d’intérêts particuliers pour que ces raids aient lieu).

De la même façon, nul ne pourra, surtout après la lecture de ces mails envoyés depuis cette région par Aleksandar Zograf, dessinateur de bandes dessinées, douter de la véritable « utilité » de ce matraquage intensif sur des usines (avec des capitaux, ça peut toujours se reconstruire : bizarrerie de l’histoire, on annonce que des industriels américains, entre autres, sont preneurs de ce formidable chantier), des populations civiles (bon, là, effectivement, un mort c’est plus difficile à remettre sur pieds), bref toutes choses bonnes à savoir au moment où ça se passe. Voilà, c’est tout. C’était à Pancevo, et ses environs, Serbie, entre les mois de mars et juin de cette divine année. On pourra longtemps se reporter à ce petit livre écrit en quatrième vitesse, et rythmé par la descente vertigineuse de missiles sur des centrales électriques ou chimiques de la ville. La conclusion revient à son auteur : « Peu importe les grands idéaux de notre monde, la société, d’une manière globale, est toujours obsédée par des concepts violents et destructeurs ». Dernière minute : selon des sources avisées, le nombre de votants aux prochaines échéances électorales en Europe de l’Ouest devrait se situer aux alentours de 1%.