PARTAGER
3
sur 5

Skate, sex and Rock’n Roll… Avec les jeux de caisses et les Horror games, les jeux de glisse sont ceux qui, en ce moment, ont le vent en poupe (un éditeur va bien avoir l’opportunisme de fusionner ces trois genres en un seul… marrant, non ?). Si plusieurs essais de simulation de skate ont déjà vu le jour –Top Skater et Street skater-, celles-ci s’étaient jusqu’ici plutôt bien mangées la rampe. Mais le créneau est vendeur, il suffit de regarder le nombre de ventes de la série des Cool Boarders… rien d’étonnant donc à ce qu’Activision s’y lance en roues libres.

Il faut avouer que Tony Hawk ne manque pas de sensations. A priori, il est classé dans les softs hyper-réalistes, et pourtant, plus on progresse, plus on tente des figures insensées, plus les zones inaccessibles (toits des immeubles…) sont naturellement franchissables. Même un skater pro se casserait les roulettes sur le bitume à vouloir tenter de pareilles cascades. En fait, le plaisir tiré d’un tel jeu doit venir d’une certaine frustration de devoir partir la queue entre les jambes face à de vrais skaters. On se rassure comme on peut ! Et bien voilà, THPS vous propose de tenir votre vengeance au bout de la manette au lieu de l’avoir au bout des pieds. Bien moins casse-gueule, donc plus sympa. Vous allez pouvoir démontrer vos talents de guerrier urbain à travers un paquet de spots, qu’ils soient prévus ou non pour ça (skate park, école, entrepôt…), disséminés ici et là aux States. Pour vous tranquilliser, si vous êtes débutant classé dangereux, pensez que les skaters à votre disposition, eux, ne sont pas n’importe qui, puisque vous n’avez affaire qu’à des champions du monde.

Sur de bons petits morcifs néo-punks vous allez débouler comme un ouf sur le macadam pour pouvoir remporter 5 épreuves par zones, ce qui vous fera pas mal de kilomètres à parcourir et de beaux mollets et fessiers en fin de journée (le tout est d’y penser très fort). Au milieu des free-rides, il y a quelques compétitions : il faudra vous placer dans les trois premiers pour passer au spot suivant. Le nombre de modes de jeux différents rend THPS bien prenant pour celui qui n’est pas allergique à toutes formes de glisse, et donc de chutes… Le mode deux joueurs n’y est pas pour rien non plus, les deux skaters ridant simultanément sur les mêmes obstacles.
Dans le mode Tag, en faisant les figures les plus folles, vous colorez l’obstacle. Le but du jeu est bien sûr d’avoir repeint plus de spots que l’adversaire. Rien n’interdit bien sûr de piquer des rampes, des barres au concurrent, il suffit juste de faire un meilleur score : alors préférez jouer contre un manchot tétraplégique si vous ne supportez pas de perdre.

Hélas, et c’est bien dommage, cette réussite exemplaire ne profite pas d’une réalisation sans failles et sans reproches. Et des failles dans la 3D, il y en a plus que de raison dans ce produit. Heureusement, la jouabilité reste entière et il suffit juste de passer sur des défauts de collision, de textures balbutiantes qui peuvent toutefois paraître impardonnables pour un jeu à 350 balles. A vous de voir…