La PSP porte bien son nom. En tant que Playstation portable, elle est et restera probablement comme une version miniature de ses grandes sœurs de salon. Elle manquera ainsi toujours un peu d’identité, de jeux originaux et dédiés à son format. Tant pis et ne faisons pas trop la fine bouche. Un titre comme ce MotorStorm : Artic edge, justifie à lui seul la ligne éditoriale de Sony : offrir du high-tech de poche, des jeux qui techniquement mettent la barre haut. Confiée à BigBig, cette version portable du jeu off road d’Evolution est donc elle aussi une vitrine technologique (comme l’était la version PS3 en son temps) : décors, textures, effets, physique, vitesse, la copie mérite son 10/10. Le jeu va vite, ne rame jamais et les circuits permettent toujours d’emprunter plusieurs passages en conduisant différents véhicules (motos, buggys, voitures, camions et désormais chasse-neige ou scooters). En résumé, la PSP a son MotorStorm et il est du niveau des versions HD en terme de sensations : c’est nerveux, agressif, décadent.

Le gameplay a été légèrement retouché afin de rendre le jeu plus accessible (mettons moins impardonnable), pour le reste ce n’est qu’une question d’échelle et d’ambiance. L’action se déroulant désormais dans l’antarctique, la neige et la glace tiennent lieu de matière première. Pas une grosse différence au final (une vague nuance dans l’utilisation de la nitro), mais le jeu y gagne à sa façon en diversité : BigBig ne se contente pas d’appliquer la recette d’Evolution, il l’agrémente en renouvelant décors, véhicules et tracés des circuits. Si la qualité du titre est donc indiscutable et promet de longues heures de jeu (le nombre de courses est impressionnant et l’évolution constante), demeure toutefois une limite. S’avère moins dommageable l’absence de réelle nouveauté sur PSP (puisqu’on retrouve l’un des fleurons technique de la PS3), que cette impression d’avoir, justement, entre les mains un modèle réduit dont l’ampleur est plus puissante sur grand écran. En définitive, Artic edge c’est un peu comme voir un film de Michael Bay sur un lecteur DVD portable.

Article précédentMarie Ndiaye – Trois femmes puissantes
Prochain articleWalter Bassan, retour en résistance