PARTAGER
4
sur 5

En 1825, un érudit découvrait dans un fonds provenant de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, à Paris, un carnet composé de 66 pages de parchemins reliées en in-folio. Il comportait de nombreuses notes et dessins, d’une qualité et d’une rareté exceptionnelles. Leur auteur a été identifié sous le nom de Villard de Honnecourt. Qui était-il exactement ? Le carnet livre peu d’informations à son sujet. Les dessins qu’il contient auraient été exécutés au cours de voyages en Europe, dans la première moitié du xiiième siècle. Ils représentent essentiellement des structures architecturales, mais aussi des dessins d’ingénieur, des figures géométriques, des automates, des personnages ou animaux, ainsi que des scènes religieuses. Villard était sans doute ce qu’on appelle un « commis-voyageur » du gothique, c’est-à-dire un expert en architecture, un homme de chantier, peut-être même l’équivalent de la fonction actuelle d’architecte. Quoi qu’il en soit, ses dessins témoignent d’un savoir approfondi, d’une grande maîtrise technique et d’un immense talent artistique et inventif. Tout ça en fait un véritable prédécesseur de Léonard de Vinci.

Pour s’en rendre compte, appréciez ce Carnet de Villard de Honnecourt, édité par la Bibliothèque nationale de France (où le manuscrit est conservé) et Montparnasse Multimédia : un vrai régal. Guidés par l’historien et architecte Roland Bechmann, un des meilleurs spécialistes de Villard, nous voici plongés au cœur du parchemin, un document inaccessible au public dans sa version authentique. Avec le CD-Rom, il est possible de feuilleter l’intégralité des pages du manuscrit une par une, ou bien d’aborder le carnet par le biais de ses principales thématiques. Sans véritables révolutions techniques du point de vue de l’interactivité, ce titre profite tout de même d’une réalisation très soignée, aussi bien graphiquement que dans son ergonomie, ce qui rend la consultation des dessins particulièrement agréable. L’alternance entre séquences animées explicatives et documents à consulter librement est harmonieuse. Chaque fac-similé de page est accompagné d’un commentaire et de la transcription / traduction éventuelle des notes de Villard. Les fonctions de loupe, de roll-over, de liens, d’animations explicatives sont nombreuses et judicieusement utilisées. L’index est une véritable mine d’informations avec son glossaire et ses différents répertoires iconographiques. Au final, un vrai plaisir de consultation pour les amoureux du Moyen Age, d’architecture ou de dessin. Et plus globalement pour tous les curieux.