PARTAGER
3
sur 5

Vous aimez les courses auto ? Tant mieux. Votre truc à vous, c’est quoi au juste : la Formule 1, les 4×4, les décapotables rouge vif ou les petites berlines de ville ? En matière de véhicules à quatre roues, les développeurs de jeux ont effectivement l’embarras du choix. Bien peu s’autorisent à prendre quelques risques… Pas le cas de tout le monde, heureusement. Prenez par exemple l’équipe du studio allemand Synetic : plutôt que de vous proposer un énième titre de course auto, les concepteurs ont tout simplement imaginé le premier titre multicourse. Son nom ? Excessive speed.

Vous disposez dans un seul et même jeu de plusieurs types de véhicules, de la 2CV au bus, du monstre américain à la buggy du dimanche… De plus, les circuits ont été conçus afin de vous faire ressentir le maximum de sensations. Du coup, conduire une Formule 1 sur une piste sablonneuse ou un bus sur un circuit professionnel devient tout à fait envisageable. Si vous aviez sans doute compris la signification du mot « speed », celle du mot « excessive » doit certainement vous sembler plus claire à présent, non ? Mais autant tout vous dévoiler : Excessive Speed n’est ni plus ni moins que la suite de N.I.C.E. Coup de lifting donc pour cette seconde version, plus grisante encore que la précédente et dotée d’un moteur 3D véritablement amélioré. Outre une jouabilité très satisfaisante -en mode arcade comme en mode simulation-, Excessive Speed n’en démontre pas moins une résistance acharnée des concurrents. A tel point qu’une course de bus peut finir en embouteillage ! A moins que vous ne choisissiez un track américain et que l’ordinateur génère de manière aléatoire des concurrents embarqués dans des karts ou 2 CV. Auquel cas vous réussirez sans trop de soucis à vous faire respecter sur les routes hawaïennes… Quant à la gestion des effets, elle reste à la fois efficace et classique : prise en compte des effets de lumière, des reflets, des traces de dérapage… En revanche, la gestion visuelle des collisions, même en mode simulation, est relativement limitée.

Côté rentabilité, Excessive Speed s’inscrit dans cette vague de courses automobiles où la place de vainqueur peut rapporter gros. N’hésitez donc pas à engager dès que possible un championnat. Choisissez votre sponsor, votre bolide et signez donc un premier contrat. Avant tout départ, il ne vous suffira alors plus qu’à régler la pression des pneus en fonction de la météo et à vérifier le type de boîte de vitesse la mieux adaptée à votre conduite. Autre amélioration : la prise en charge des volants à retour de force. La 2CV modélisée n’a décidément plus rien de virtuelle ! Par contre, laissez tomber l’éditeur de circuits. Son utilisation s’avère être rapidement insupportable. Fort heureusement, Excessive Speed vous propose par défaut pas moins de 24 circuits, 7 environnements, et 3 variantes pour chaque circuit. D’ailleurs, lorsque vous aurez essayé toutes les pistes avec chacun des 40 véhicules disponibles, il se pourrait bien que la version 3 de N.I.C.E. soit déjà dans les rayons…