PARTAGER

Peut-être parce qu’elle possède une double formation de danseuse (classique et jazz) et de scénographe, Catherine Contour aime à croiser les disciplines artistiques. Elle propose actuellement au Centre Pompidou (Paris) une expérience chorégraphique particulièrement insolite…


Chronic’art : La notion de collectif semble importante pour vous ?

Catherine Contour : Je poursuis mon travail sur l’autoportrait, invitant des artistes à partager ma démarche pour des « autoportraits accompagnés ». Alain Buffard -qui avait lâché la danse en tant qu’interprète- a apprécié ce projet et accepté de danser ; Véronique Favarel, Christine Burgos, Olivier Geipe et Emmanuelle Huynh étaient là dès l’initiation du projet, début 1996. Puis Rachid Ouramdane et Christian Rizzo m’ont rejointe dans un second temps pour une nouvelle série de face-à-face en octobre 1997. Enfin, Julie Nioche et Latifa Laâbissi sont venus s’agréger au projet. Il faut mentionner également les collaborations des photographes Hélène d’Hervé et Bertrand Dutheil, qui jouent le rôle de « passeurs » auprès du public, et celle de Nathalie Viot, écrivain et critique.

Chambre est un « processus nomade » qui invente les lieux et les rencontres comme autant d’agencements et de propositions spectaculaires. C’est pourquoi le spectacle porte en sous-titre : Etapes chorégraphiques en chambres d’hotels. Je crois d’ailleurs que c’est également un autre sous-titre qui vous a influencée ?

En quelque sorte, puisque le sous-titre d’une performance de Joseph Beuys, Capital round, m’avait marquée. Cette œuvre s’intitulait aussi Stratégie pour réactiver les sens Capital round. C’est cette démarche qui m’a animée : ré-insuffler, proposer, inspirer… Plus globalement, Chambre est un projet formé des propositions que font les danseurs, un projet d’élaboration de matériaux qui vont se transformer. Ce qui est fixe ici, c’est l’inscription du projet dans une chambre, un lieu sans cesse changeant. Ce qui change, c’est le contenu du projet. Un contenu, constitué par le tête-à-tête de danseurs avec moi, qui permet de dégager des « présences ».

De quelle matière chorégraphique s’agit-il ?

Ca relève de l’essence de la danse. A chaque étape, le danseur improvise en fonction de paramètres : l’architecture, les lieux, les spectateurs… Le projet est organisé comme un diptyque, c’est-à-dire que les spectateurs viennent deux fois assister à deux spectacles différents. Ce diptyque est formé de deux scénarios. Le premier est constitué de deux solos et le second est une proposition pour cinq danseurs intitulée Fassbinder hommage. J’avais un souvenir très fort de son film, La Troisième génération, qui conte le récit d’une prise d’otage d’un homme d’affaires. Lors d’une scène, les ravisseurs et l’otage se retrouvent dans une pièce dénudée. Les ravisseurs portent des masques de carnaval, seul l’otage a le visage découvert. Une scène dans laquelle les acteurs et les corps ne sont plus que des « présences ». J’ai voulu montrer ce même rapport double à l’intime dans Chambre. D’une part, une chorégraphie qui soit comme une confidence partagée entre le spectateur et les danseurs et, de l’autre, un rapport ambigu de pouvoir par le fait d’être enfermé dans une chambre d’hôtel, même si ça n’a rien à voir avec un rapt.

Vous poursuivez votre travail sur les « lieux chorégraphiques ». Votre mémoire de fin d’études à l’Ecole nationale supérieure des Arts décoratifs s’intitulait Lieu chorégraphique ? chorégraphie du lieu. Le choix du lieu est capital ?

Il y a évidemment un travail de repérage. La danse est comme une invitation à se glisser dans un lieu qui se laisserait ignorer s’il n’y avait pas cette effraction. C’est un mode de cheminement qui, d’étape en étape, dépose ses traces : dans les lieux, dans les corps, dans les mémoires. A ce titre, les horaires sont importants. Le fait de venir et de revenir à des moments différents de la journée fait ressentir les changements d’atmosphère propres à un lieu. Par ailleurs, ces propositions ne sont jamais identiques et donc personne ne les appréhende de la même manière. Ca m’intéressait de savoir ce que des spectateurs pouvaient se raconter dans ces conditions. La différence d’horaire et de composition propre à l’improvisation sont des facteurs qui font partie de la performance. Ils modifient le contenu même de la chorégraphie. Cette question du regard, du témoin est au cœur de ma démarche : comment ce spectacle intègre les spectateurs ? Car il n’y a pas de mise en scène, mais plutôt une mise en situation.

Un hôtel, un jeu sur l’intime, un dispositif fixant la place du spectateur, on ne peut pas ne pas évoquer le travail que poursuit Sophie Calle ?

Oui, c’est une des sources de mon travail. Mais, à l’inverse de Sophie Calle, il n’y a pas de rapport de manipulation : ce n’est pas sans les gens, mais avec les gens, que le spectacle se fait. Chacun se positionne et assume ce qu’il a choisi.

Propos recueillis par

Catherine Contour a collaboré avec Marc François (entre 1986 et 1995), Michel Cerda (en 1995) et Chantal Morel (en 1996). Elle appartient au Collectif du 20 août, groupe de réflexion et d’action rassemblant des danseurs, chorégraphes et chercheurs, dont Sylvain Prunenec, Boris Charmatz, Alain Michard. Face aux centres chorégraphiques nationaux, ce groupe affirme une manière alternative d’investir le champ chorégraphique.

Spectacle programmé par le Centre Pompidou
Chambre se compose d’un diptyque
Renseignements : 01 44 78 47 47
L’achat d’un billet donne accès aux deux chorégraphies
(durée de chaque séance : 45 à 60 mn – horaires au choix)
Du 22 au 26 mars 2000