PARTAGER
3
sur 5

Depuis l’année dernière et la sortie d’Un 32 août sur terre, son premier long métrage, on peut dire que Denis Villeneuve est en progrès. Certes, le chemin à parcourir pour devenir un grand cinéaste est encore long, mais Maelström rassemble assez de bonnes idées pour tenir la barre des 1h30, ce dont ne pouvait se targuer le précédent opus. Le postulat de départ y est assez semblable : une jeune femme en pleine réussite sociale remet sa vie en question après un accident de voiture. Sauf que, contrairement à la Simone d’Un 32 août…, Bibiane Champagne n’est pas victime mais plutôt bourreau : ivre morte (rien d’étonnant, avec un nom pareil), elle renverse un vieux pêcheur qui succombe à ses blessures. En s’apercevant de son acte quelque temps plus tard, Bibiane tente de mettre fin à ses jours. Mais le destin en décide autrement…

Fable contemporaine sur les affres de la superficialité, Maelström raconte le chemin de croix d’une fashion victime en quête d’authenticité. S’il était aussi schématique, le film pourrait faire peur, mais il préfère contourner son sujet en installant une ambiance aux confins du fantastique, constellée de signes magiques et de figures évoquant d’anciennes légendes nordiques. L’ensemble du récit nous est d’ailleurs conté par un poisson géant. Sur le point de se faire taillader, la créature monstrueuse articule dans un dernier souffle les éléments de l’histoire, conférant d’emblée une dimension surréaliste aux images à venir. Cette distance ludique et originale donne un certain charme au film même si elle l’enferme dans un systématisme factice, un ensemble de gimmicks joliment poétiques (une berceuse norvégienne, un badaud à l’écoute des tourments existentiels des deux protagonistes) à l’intérêt contestable. L’esthétique publicitaire de Maelström -en particulier son avalanche de filtres bleus- n’arrange rien à l’affaire ; et pourtant, au sein de ce capharnaüm éclairé au néon, les personnages parviennent à exister pleinement. Prisonnière d’un drame sur lequel elle n’a plus d’emprise, Bibiane est une héroïne touchante, intensément habitée par Marie-Josée Croze, star en devenir puisqu’elle sera à l’affiche du prochain film d’Atom Egoyan. C’est lorsque Denis Villeneuve s’en remet à elle, à son beau visage et ses expressions fragiles, que Maelström prend corps, au-delà de son élégant bric-à-brac un poil surfait.