PARTAGER
3
sur 5

Michel Muller, sa vie, son oeuvre… La première réalisation du comique ressemble à ses oreilles. Intrigantes, tordues en angle droit. C’est marqué dessus, Muller a lu Jackie Berroyer. A qui il emprunte pour ce faux-documentaire sur sa personne l’ironie mais aussi cette espèce de poésie de l’absurde. Il a aussi vu C’est arrivé près de chez vous, modèle avoué de ce film où une équipe télé ne lâche pas d’une semelle Muller dans son propre rôle. Ou presque : le ressort principal de La Vie de Michel Muller… est de s’interroger sur ce qui est vrai et ce qui est faux. Muller dosant habilement sa sauce, quitte à y noyer le poisson en alternant phases de franc délire et participations de guests plus vrais que natures (notamment un Claude Miller ou un Gégé Depardieu, stupéfiants de naturel).

Le tout dans une perpétuelle séance de funambulisme entre un grand n’importe quoi et un discours cinglant sur le monde du cinéma français. Muller lançant au passage quelques vérités sur l’indigence de certains producteurs, Luc Besson en tête. Mais sur l’air de vannes entre bons potes. Un filet de sécurité qui marque les limites du procédé. Quand ça devient trop visible dans la dernière partie, Muller, habile, relance son public habituel, abandonnant l’humour absurde pour revenir à ses -poilantes- vannes trash jusqu’au bout du générique. Comme s’il était impossible de céder à la vision qu’ont les autres de soi, de ne pas succomber à son image publique. A la jolie distance dont Muller aura fait preuve dans l’heure vingt qui précède, il ajoute celui du doute. Soit précisément l’humilité qui manquait à un Laurent Baffie trop sur de lui dans Les Clés de bagnole. Muller vise plus juste, et plus petit. Son film est un « petit » film, bricolé, quasiment autoproduit, qui ne sortira que sur une petite combinaison de salles. Aucune chaîne n’a voulu y mettre des billes, trouvant le projet trop compliqué à suivre pour la ménagère de moins de 50 ans. Tant pis pour elles. Si les responsables cinéma de ces mêmes chaînes n’avaient pas lu en diagonale le scénario de ce film, elles auraient pu y déceler des traces de l’implosion en cours d’un système qu’elles ont instauré en montant des films autour des comiques qu’elles surexposent dans leurs émissions. La Vie de Michel Muller… exprime très clairement une volonté de s’émanciper du terrain ultra balisé où la télé a enfermé, castré la comédie made in France. Des premiers pas en douce, pas toujours assurés mais très prometteurs.