PARTAGER
2
sur 5

Déambulant dans un univers feutré, les personnages du dernier film de Sydney Pollack se heurtent à un classicisme des plus convenus. Dutch Van Den Broeck (Harrison Ford) et Kay Chandler (Kristin Scott Thomas) font connaissance au moment d’un tragique accident d’avion. Ils n’ont pas grand chose en commun, excepté le fait d’avoir perdu chacun leur conjoint dans l’accident, et que ceux-ci étaient amants.

Comment qualifier le travail de Sydney Pollack ? Une mise en scène irréprochable et une interprétation à l’avenant nous font pencher vers l’expression « cinéma adulte ». Ce qui, à l’heure où les films américains se caractérisent avant tout par une régression infantile, pourrait passer pour un compliment. Mais bon, le cinéma selon Pollack n’a rien de transcendant non plus -d’autant moins lorsqu’il s’agit d’un film de commande. Et l’adultère ne fait plus trembler les chaumières depuis longtemps. Malgré tout, son film ne laisse pas totalement indifférent, car sous son aspect lisse, impeccable, affleure parfois un certain malaise. Certes, celui-ci est bref, minime, mais il suffit à faire craqueler le vernis très « bon chic bon genre » de L’Ombre d’un soupçon.

Le film fonctionne en effet à partir d’une structure basée sur le dédoublement permanent. Au premier choc, la mort des conjoints, s’agrège un second, l’adultère. La situation première, le deuil, se voit ainsi pervertie par la seconde. Il en est de même concernant la romance entre Dutch et Kay. Elle obéit bien entendu aux conventions d’une histoire d’amour entre deux beaux adultes consentants (voir la balade dans les paysages sylvestres et automnaux ou encore le happy end dans l’aéroport), mais elle est également biaisée par la trahison des époux disparus. Entre les mains d’un cinéaste un peu plus téméraire, le couple lisse formé par Harrison Ford et Kristin Scott Thomas aurait pu enfanter d’un ménage à quatre des plus funèbres. Malheureusement, Sydney Pollack n’emprunte que très furtivement cette voie pour retourner illico dans le sentier balisé et bien plus confortable du classique film hollywoodien qui ne heurte personne.